créer son identité visuelle de base

créer son identité visuelle de base

Qu’est-ce qu’une identité visuelle ?

Une identité visuelle est l’ensemble des visuels, des signes graphiques qui vont représenter votre activité. L’identité visuelle va permettre de vous démarquer, de vous faire reconnaitre facilement et de donner un premier avis (même inconscient à vous futur·es interlocuteurs·trices).

Il ne s’agit pas uniquement d’un logo. Un logo seul ne vous aidera pas à vous démarquer dans votre communication.

L’identité visuelle contient :

  • le logo ;
  • les polices d’écriture ;
  • les couleurs ;
  • les mises en pages ;
  • différents visuels (illustration, photos, pictogrammes…) ;

En avez-vous besoin ? Maintenant ?

C’est la question de l’œuf ou de la poule 😉

Vous démarrez votre activité, seul·e ou à plusieurs, vous n’avez pour l’instant peu ou pas de client et donc peu de rentrées d’argent. Vous avez envie de faire sensation et que l’on vous reconnaisse tout de suite. Vous avez envie d’un logo qui claque, d’une carte de visite originale, d’un site époustouflant. Et c’est bien normal.

Oui mais… quand on commence, d’une part, c’est difficile de sortir des sous pour le graphisme, et d’autre part, l’activité peut encore évoluer.

Imaginez, vous créez un super service de livraison de produits locaux pour chats et qu’en fait, la demande est là, mais pour les cochons d’inde ! Or, vous avez mis des chats partout dans vos visuels…

Bon ok, j’exagère, mais vous voyez l’idée.

Mais comment faire alors, pour avoir quand même une mini identité visuelle qui ne parte pas dans tous les sens ?

Pour vous aider, voici quelques pistes pour créer un début d’identité visuelle propre et surtout SIMPLE. Rien n’est gravé dans le marbre, vous allez pouvoir adapter, peaufiner…

Identité visuelle de base : l’avant logo

C’est le premier élément visuel auquel on pense.

Pour trouver une idée : tempête d’idées !! Mettez tout à plat grâce aux cartes mentales. Ne vous limitez pas, écrivez tout ce qui vous passe par la tête, écrivez, les concepts, les idées et aussi des représentations visuelles concrètes.

Un logo avec un symbole

Une fois l’idée trouvée, essayez de la simplifier au maximum. Il vaut mieux un petit signe graphique bien fait qu’un truc compliqué, bancal et avec trop de détails. Vous pouvez utiliser Canva ou un logiciel de graphisme si vous êtes à l’aise.

Petite apparté sur Canva : Canva, c’est magique, c’est génial, c’est intuitif. Je ne crache pas dessus, je l’utilise aussi. Canva permet de faire de beaux documents. Mais c’est aussi hyper uniformisé. Le risque en choisissant un logo tout fait sur Canva par exemple, c’est que vous n’avez pas l’exclusivité.

Est-ce que vos activités sont uniquement dans votre ville où vont rayonner sur un vaste territoire ? Dans le deuxième cas, le travail sur l’identité visuelle peut être plus important afin de trouver un graphisme qui sorte du lot.

Le nom dans le logo

Cherchez une typographie qui correspondra au mieux à votre activité, pour cela, il y a des normes. C’est pénible les normes, mais ça a fait ses preuves, et c’est efficace ! Évitez de choisir des typographies utilisées par des grandes marques, ou des trucs douteux et louches, le lien se fera automatiquement dans l’esprit des personnes.

Faites lire votre logo par votre entourage, par des personnes qui ne connaissent pas votre nom de marque. Est-ce qu’on lit bien ce qui est écrit ou faut-il le déchiffrer ?

 

exemples de logos proposés par Canva

Exemples de logos proposés par Canva

La police d’écriture

Choisissiez d’autres typographies pour vos documents (pdf de présentation, cartes de visite…).
Vous utiliserez les mêmes partout. PARTOUT ! Simples, lisibles et qui se démarquent de celle que vous avez choisie pour écrire le nom de votre activité. Pensez à ce qu’elles puissent être lues par tous les publics. Faites des essais, regardez bien toutes les lettres, s’il y a des accents… Vérifiez les droits d’utilisation aussi ! Ce n’est pas parce que tout le monde l’utilise que c’est ok. Soyez dans les clous et la légalité.

Vous pouvez en choisir 2 : une pour les titres, un autre pour le texte.

polices proposées par dafont

Polices proposées par Dafont, typographies qui pourraient être utilisées pour le logo, mais pas pour les documents.

Les couleurs

Choisissez 3 couleurs maximums (qui pourront être déclinées par la suite). inspirez-vous

Creer une palette de couleur

Vous pouvez regrouper des photos qui correspondent à votre produit, à votre activité, qui reflète les ambiances que vous voulez faire ressortir. Une gamme chromatique va surement en sortir.

C’est quoi le code couleur ? C’est un code qui définit une couleur ! Mais encore ? Une couleur peut être en CMJN (Cyan, Noir, Jaune et Magenta) pour une utilisation pour l’impression, en RVB (Rouge, Vert, Bleu) pour une utilisation le Web, ou un nombre précédé d’un # pour le Web également (site, Canva…)

les codes couleurs

Regroupez les informations

Créer un dossier “identité visuelle” dans lequel vous aurez :

  • Un mémo fait sur n’importe quel programme (Word, Excel…) reprenant les diverses informations (typographie, codes des couleurs*… ). Ce sera votre garde-fou.
  • Un sous dossier avec toutes les images d’inspiration.
  • Un sous dossier avec les images à utiliser.

Cerise sur le gâteau, lorsque vous travaillerez avec un·e graphiste, vous aurez un bon dossier à lui présenter, ce qui facilitera la communication et clarifiera votre demande.

Vous pouvez aussi faire un sous-dossier avec des images et visuels qui pourraient être liées à votre activité, mais que vous souhaitez éviter. Par exemple, vous êtes décoratrice, mais vous ne voulez pas que les personnes associent votre activité au minimalisme.

Pour conclure…

Et voilà ! Vous avez une identité visuelle simple et provisoire, mais qui vous permettra de réaliser des documents qui tiennent la route visuellement, qui sont en lien. Bref, quelque chose de propre. Pour passer à l’étape supérieure, c’est-à-dire faire un travail de fond sur votre image, travaillez avec un·e professionnel·le quand vous serez prêt·e !

… ou pour continuer

Même avec ces conseils, vous n’arrivez pas à dégager des visuels utilisables ? Cela arrive quand on a la tête dans le guidon et on a tous et toute la tête dans le guidon quand on démarre ! Vous avez besoin de recul, parfois une simple discussion suffit pour débloquer. Vous pouvez me contacter pour un appel découverte pour me parler de votre projet et pourquoi pas, aller plus loin ensemble par la suite !

 

 

5 astuces pour choisir sa typo

5 astuces pour choisir sa typo

Le choix d’une ou plusieurs typographies (police d’écriture) pour représenter son association, son projet, son festival est une étape essentielle sur laquelle il faut s’attarder et faire des recherches. Voici 5 petites astuces (et il y en a d’autres!!) pour vous aider à choisir en connaissance de cause.

1 – Un nombre limité de typographies

Limitez-vous à 3 typographies différentes, 2, c’est encore mieux. Trop de typographies va alourdir vos documents, la personne qui les lira risque de se perdre et de passer à côté des informations principales. Le cerveau classe automatiquement et inconsciemment les informations, facilitons lui la vie avec une typo pour les titres, une autre pour le texte, les paragraphes, et à la limite une 3e pour les citations ou mise en exergue.

2 – De nombreuses déclinaisons

Si le nombre de typo est limité, les déclinaisons, elles, peuvent être nombreuses. Il est possible de jouer avec les italiques, le gras, l’écriture en capitale… Certaines typographies proposent des variantes plus ou moins fines.

Variez la taille, l’épaisseur et la couleur d’une même typo.

3 – Privilégier la lisibilité

Il existe beaucoup de styles de typographies : élégant, original, destroy, … mais si votre objectif principal (avant de créer quelque chose de design qui claque) est de passer une information, je vous conseille de rester sur quelque chose de basique. Attention, cela peut être basique et original à la fois ! Tout se joue dans la nuance.

Je réalise souvent des documents pour un public ayant des difficultés à lire le français. Le texte en lui-même est à adapter, mais la police d’écriture doit être extrêmement claire et lisible. Il ne doit pas avoir de confusion entre les différentes lettres.

4 – Vérifier les accents !

La plupart des typographies en Europe sont d’origine anglaise et qui dit anglophone, dit sans d’accent. Vérifiez donc toujours la disponibilité des lettres avec accent, en minuscule et en majuscule.

5 – Le style de la typographie

Vous kiffez la typo Walt Disney ? Ok, c’est votre droit. Mais si vous l’utilisez, sachez que d’office votre lecteur ou lectrice fera le lien avec l’univers de Walt Disney. C’est pareil pour toutes les typographies utilisées par les grandes marques. De plus, de nombreuses typographies ont une histoire et une signification. Écoutez celle de la Comic Sans si vous ne la connaissez pas encore !

Évitez de choisir une typo à la mode qui s’affiche partout, mais qui sera obsolète dans un an.

Choisir une typographie est très complexe et nécessite beaucoup de temps. Certain·es graphistes sont même spécialisé·es en création de typographie.

Besoin de déléguer la réalisation graphique de votre projet ? Contactez-moi par mail, par téléphone ou prenez rendez-vous pour un appel “découverte” !

8 typographies pour les fêtes

8 typographies pour les fêtes

C’est quasiment demain Noël ! Est-ce qu’on y aura droit cette année ? À l’heure actuelle, on ne le sait toujours pas. Je pars du principe que oui, on l’aura. Pour préparer vos imprimés et visuels, voici 8 typographies qui débordent de noëlitude, de scintillements, voire de kitch ! Il faut bien ça pour réchauffer la saison.

Attention aux licences, certaines typographies sont gratuites uniquement pour un usage personnel. Toutes les typos choisies proposent l’option accent (ce qui est plutôt bien pour la langue française non ?).

Je vous laisse faire votre marché, pluie d’étoiles scintillantes sur vous.

Miraculous & Christmas

8 typographies pour les fêtes

Snowhouse

8 typographies pour les fêtes

Snowy Christmas

8 typographies pour les fêtes

The Perfect Christmas

8 typographies pour les fêtes

Coventry Garden NF

8 typographies pour les fêtes

Christmas Sparkle

8 typographies pour les fêtes

Aliyah

8 typographies pour les fêtes

CHRISTMAS SOUNDS

8 typographies pour les fêtes

Travailler avec un·e graphiste

Travailler avec un·e graphiste

Vous souhaitez travailler avec un·e graphiste ? Et vous vous demandez comment cela se passe ?
Généralement, cela se passe bien:-)

En fait, pour que cela se passe bien, il faut un peu de discipline, he oui ! Depuis que je suis à mon compte, j’ai eu l’occasion de mettre en place tout un processus pour que cela soit une bonne expérience pour moi et pour vous !

Au restaurant, vous passez commande, parfois en donnant quelques indications sur vos goûts et l’on vous sert votre repas. En graphisme, vous allez devoir passer un peu de temps en cuisine :-). Travailler en équipe avec le·la graphiste vous permet d’avoir vraiment des résultats qui correspondent à vos attentes et à vos besoins. De plus, un lien de confiance se tisse, et permet de travailler de façon fluide et agréable.

Je vais vous présenter comment se passe un projet. Bien évidemment, cela dépend de la complexité de la demande. Certaines étapes peuvent être très courtes, d’autres très longues. Au mieux le projet est préparé, au mieux le travail se déroule. Le la graphiste ne va pas seulement “exécuter” le graphisme, il·elle doit pouvoir vous conseiller sur le contenu, la forme et les supports.

1 – les Premiers contacts

Pour commencer, et après une première prise de contact, je vous envoie un document comprenant une liste de questions sur laquelle vous aller potasser. Ensuite, nous reprenons contact pour analyser plus en détail vos besoins, vos contraintes, le planning, le budget… Parfois, le projet est assez simple, donc tout peut-être dit dès la première discussion. Parfois, en creusant nous nous rendons compte qu’il y a des détails qui feront toute la différence pour la réalisation du projet. Cette première réunion est sans engagement de votre part et me permet d’établir un devis détaillé et au prix le plus juste.

2 – Le devis

Si vous souhaitez avoir une idée du budget, je vous fais une estimation, mais si vous avez déjà une idée du budget, je vous fais directement un devis détaillé. Dans ce devis, il y a beaucoup d’informations :

  • l’explication détaillée du projet ;
  • le planning avec les grandes lignes ;
  • la concession de droit ;
  • et pour les projets complexes, j’ajoute un rétro planning.

Je passe du temps à rédiger les devis, c’est pourquoi je propose souvent une estimation, une fourchette avant.

Parfois, il reste des incertitudes sur le travail à réaliser et c’est tout à fait normal. Le devis comporte alors des options. Le prix pourra être au final différent.

travailler avec un·e graphiste - le devis

3 – le Lancement du projet

Avant tout, le projet est lancé quand le devis est accepté, signé et l’acompte versé.

Conseil

Lisez bien les conditions générales de vente, c’est long, c’est chi… mais c’est important !

Vous fournissez tous vos contenus. Idéalement, les textes sont corrigés et validés. Je dis “idéalement’, je sais bien qu’il y a toujours des corrections. Ils seront fournis dans un fichier de traitement de texte (pas un pdf).

Note

Pour certains projets, je m’occupe aussi de reformuler le texte pour qu’il soit plus percutant, ou adapté au public à qui il est destiné. Il m’arrive de faire le ménage, ce n’est pas forcément agréable, mais je vous assure que le message passe plus efficacement !

4 – Le brief créatif

Selon le projet, un brief créatif est nécessaire dans un premier temps pour que je puisse bien comprendre toutes les dimensions du projet. Il faut compter 1h30 d’échange. En quoi cela consiste-t-il ? On met tout sur la table, on déballe tout ! On note les idées les plus farfelues, on se met à la place de l’utilisateur, de l’utilisatrice. On fait un brainstorming, une tempête d’idées en français. On imagine le top du top pour le projet et on revient sur terre en ajustant en fonction du budget, de la réalité.

Brainstorming

5 – Les recherches

Après toutes ces étapes, je peux enfin commencer à travailler sur le projet en lui-même ! Grâce au brief et aux différents contenus, j’ai tout ce qu’il me faut pour m’y plonger et m’imprégner du sujet.

Je commence par faire des recherches, c’est la phase de cogitation! Par exemple, je cherche des images, des ambiances, des exemples… Je tâtonne, je gribouille, je fais des essais, sur papier, sur l’ordinateur. C’est long. Cela prend du temps. De plus, l’inspiration est parfois capricieuse, ou alors il faut laisser décanter le projet. C’est une partie invisible, ça cogite beaucoup à ce moment-là ! Ensuite je trie mes recherches et les assemble sous forme de plusieurs pistes graphiques (le nombre est prévu dans le devis) dans un document et je vous les présente. Il faut généralement prévoir une réunion de +/- 1 heure à ce stade. Tout dépend de la complexité du travail.

travailler avec un graphiste les recherches

Recherches pour un guide d’auto-santé sexuelle et reproductive

6 – La mise au propre

Ensuite, après avoir arrêté votre/notre choix sur une piste graphique, je commence la mise au propre. Ici, deux solutions :

  • Tout faire d’un coup, si tout est bien défini pour vous comme pour moi,
  • Avancer petit à petit, tout en gardant le contact, avec plusieurs allers/retours.

Il est possible de faire des adaptations et ensuite des corrections. Les adaptations se font durant le projet, elles sont validées au fur et à mesure. Les corrections se font à la fin, il s’agit plus de corrections dans le texte, de petits ajustements, suite à des dernières relectures. Le nombre d’adaptations et de corrections est précisé dans le devis.

Note

Plus il y a d’intervenant·es sur la fin du projet, plus il y a de modifications !

Travailler avec un·e graphistes - la mise au propre

7 – la Livraison

Pour finir, je vous envoie les fichiers dans les formats numériques demandés. Généralement, il y a une version toute prête pour l’imprimeur, et une autre pour la diffusion sur le Web. Parfois, on me demande les fichiers sources, c’est-à-dire les fichiers de travail. C’est possible, mais il y a un surcoût. J’y reviendrai dans un autre article.

Note

Si vous souhaitez tout déléguer et ne vous sentez pas à l’aise avec l’impression, je peux m’occuper du suivi de l’impression (les demandes de devis, l’envoi des fichiers, le suivi…).

Comprendre pour mieux se soigner guide

Présentation du guide accompagnant l’outil pédagogique “Comprendre pour mieux se soigner

8 – la Clôture et le suivi

Le contrat se finit donc avec la livraison des fichiers et l’envoi de la facture. Mais je garde contact avec vous ! J’aime prendre connaissance de la naissance “physique” du projet : l’impression, la diffusion… je suis toujours curieuse d’avoir votre retour !

La satisfaction de mes client·es est pour moi essentielle.

J’espère vous avoir éclairé·e sur la façon de travailler avec un·e graphiste. N’oubliez pas que chaque projet est différent, j’ai retracé ici les grandes lignes et les étapes principales. Parmi chaque étape, surtout lors des recherches et de la mise au propre, il y a différentes petites et diverses étapes.

Avant de choisir avec qui vous voulez travailler, visitez les sites des graphistes pour savoir si leur style peut correspondre à votre projet.

En ce qui concerne l’illustration, j’ai également écrit un article sur les informations necessaires pour demander un devis à un·e illustrateur·trice.

Un projet ?

Contactez-moi pour me parler de votre projet et voyons ensemble comment nous pouvons y travailler.

Un premier rdv est sans engagement!

8 Ressources graphiques sur l’automne

8 Ressources graphiques sur l’automne

L’automne bat son plein! Les feuilles commencent tout juste à changer de teinte.

Après les ressources illustrées sur l’écologie, voici 8 ressources graphiques pour mettre votre site et vos réseaux sociaux aux couleurs de l’automne. Je les ai trouvées au grés de mes ballades sur internet. Il s’agit d’une sélection de mes chouchous 🙂

Set images illustrées sur l’automne

Un joli ensemble d’illustrations sur la forêt et ses animaux mais aussi avec quelques courges et un épouvantail. Possibilité de faire 9 posts sur les réseaux sociaux tout en harmonie !

ressource graphique sur l'automne

Photos d’automne

Une sélection de photos sur l’automne avec balades en forêt, tasse de tisane bien chaude… Des couleurs toutes douces et des photos qui vont bien les unes avec les autres.

ressource graphique sur l'automne

Set minimaliste

Des lignes et des aplats de couleurs. Simple et minimaliste, c’est reposant !

ressource graphique automne

Motifs d’automne

Une série de motifs ! J’adore les motifs !

ressource graphique sur l'automne

Halloween

L’automne, c’est aussi Halloween ! On aime ou on n’aime pas. Ici j’ai trouvé toute une série de 25 visuels en violet, jaune et orange. Des couleurs qui leur donnent un côté un peu plus peps (pour des fantômes, c’est important).

ressource graphique sur l'automne

Fond d’image automnal

Il y a des fonds de tartes, moi, je vous propose des fonds d’images :-). Incorporez vos textes en utilisant la couleur la plus foncée de l’image et le tour est joué.

ressource graphique sur l'automne

Pictogrammes

Des pictos à gogo pour dynamiser vos présentations.

ressources graphiques automne

Des animaux

Celui-ci est trop mignon 🙂

ressource graphique sur l'automne

Mais encore…

Les images que je vous propose dans cet article peuvent être facilement trouvées sur Internet. Elles peuvent convenir à la plupart des usages, mais elles ont leur limite : il est possible qu’une autre entreprise les utilise aussi.

Le top du top est d’avoir une communication personnalisée. Pour cela, vous pouvez me contacter afin que nous voyions ensemble, ce qu’il est possible de faire pour vous réaliser une identité visuelle forte et unique !

  • Je réalise des illustrations qui peuvent être déclinées selon les couleurs de votre entreprise (des exemples bientôt !).
  • Comme le Simone’s Café, vous pouvez choisir d’attirer l’œil avec des illustrations uniques que l’on ne retrouvera nulle part ailleurs.

 

L’écriture inclusive, pourquoi et comment?

L’écriture inclusive, pourquoi et comment?

Voici la suite de l’article “Pour une communication non genrée “. J’y parlais surtout de l’importance des images non genrées dans la communication. Aujourd’hui, j’aborde l’écriture inclusive. Je ne suis pas une spécialiste, juste une utilisatrice qui cherche le pourquoi du comment (et le comment du pourquoi). Je n’étais pas exclusivement convaincue par l’écriture inclusive au début.

L’écriture inclusive est rapidement ramenée à l’utilisation du point milieu ou médian (on ne sait pas bien d’ailleurs) et aux nœuds au cerveau. Mais ce n’est pas du tout le cas !

Qu’est-ce qu’est l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentation des deux sexes. *

* source

Note : Je changerai sexe par le terme genre. Quand on parle des attentions graphiques, il s’agit de la ponctuation.

Ne pas oublier

C’est une écriture en phase de test, de recherche. Comme toutes les nouveautés, elle a ses détracteurs et détractrices, elle a aussi ses ratés, ses erreurs. L’intégrer dans sa pratique, dans ses habitudes est difficile, parfois. Elle a du mal à être acceptée car elle n’est pas toujours comprise.

Certaines personnes n’hésitent pas à parler d’agression de la syntaxe, de ridicule, d’incompréhensible, de novlangue, de purge, et même de péril mortel !

Alors, on va se calmer et prendre un peu de recul.

contre l'écriture inclusive

Pourquoi certaines personnes sont contre ?

Les principaux détracteurs de l’écriture inclusive sont les membres de l’Académie française.

C’est laid

“Dans écrivaine, par exemple, on entend vaine.”

Et vaine n’est pas très optimiste. Une chose vaine, c’est quelque chose d’inutile, qui ne sert à rien. OK. Mais… wait, personne n’entend vain dans écrivain ? Serait-ce une question d’habitude ?

C’est illisible et compliqué

Ils et elles sont touspointmilieutes uniepointmilieues

On reste trop souvent sur le point milieu comme unique caractéristique de l’écriture inclusive, voici un scoop : il ne se prononce pas. C’est effectivement illisible si on le lit. Tout comme les majuscules, T majuscule, les virgules, virgule, les points, point.

Edit du 21-03-22

Suite aux différents commentaires concernant les 3 lignes que j’avais écrites sur les personnes qui parlent des personnes présentant des troubles dys, et ma vaine tentative d’éclaircissement de ma réflexion, je me dois de rajouter des explications, de reformuler mes phrases en espérant qu’elles ne me fassent pas dire ce que je ne pense pas!

Si vous n’éprouvez pas de difficultés particulières à lire un texte classique, votre cerveau va s’habituer, et bientôt, quand vous lirez à voix basse, vous yeux glisseront naturellement sur cette nouvelle forme d’écriture, et votre lecture sera fluide à voix haute.

Concernant la dyslexie

N’étant pas experte en la matière, et étant plutôt en lien avec des personnes dont les difficultés de lecture sont liées à la langue, je ne me permettrai pas d’affirmer ce qui est bon ou pas, à part de dire (voir à la fin de l’article) que le point médian semblant être la principale source de difficulté en lecture dans l’écriture inclusive, le mieux est de l’éviter au maximum. L’écriture inclusive est en cours de construction, il est bon de prendre l’avis de tous et de toutes.

C’est une injure à la langue française

“Un péril mortel pour la langue française” (les académiciens et académiciennes)

Une langue évolue, change. Voici un texte en ancien français.

“Por les sains Dieu, que voi je la ?
Et Diex vos saut, sire compere !
Bien ait l’ame vostre bon pere,
Dant Rohart, qui si seut chanter !
Mainte foiz l’en oï vanter
Que n’en avoit son per en France.
Vos meïsmes, en vostre enfance,
Vos en soulïez moult pener.
Seüstes onques orguener ?
Chantez moi une rotruenge.” *

* Source

Heuuu… je n’ai pas tout compris!

Les Sages sont contre l’écriture inclusive, mais ne proposent aucune alternative pour intégrer le public féminin dans les écrits. La langue est le reflet de notre société, et il me semble qu’il y a du changement en ce moment de ce côté.

Il y a des combats plus importants

C’est inutile et ça ne va pas changer le monde.

Effectivement, il y a le réchauffement climatique, la misère, la faim, l’accès à la santé qui sont des combats essentiels. Je ne fais pas de hiérarchie entre les différents combats. Pour moi, tout est lié. C’est impossible et épuisant de militer pour tout, il faut faire des choix. Ce qui n’empêche pas de soutenir d’autres causes. Ne sous-estimons pas le pouvoir des mots.

écriture inclusive pour

Pourquoi utiliser l’écriture inclusive ?
Pourquoi c’est important ?

L’écriture inclusive est mise en place pour changer les mentalités, pour nous amener à plus d’égalité femmes/hommes. Qui souhaite le contraire ?

Je n’ai qu’un argument pour l’utilisation de l’écriture inclusive, mais c’est un bel argument non?

Traditionnellement, le masculin l’emporte sur le féminin. Enfin, traditionnellement depuis le milieu du XIX e siècle seulement.

On dit que le langage est une clé qui nous permet de comprendre le monde. Quel monde voulons-nous ? Un monde où le masculin est supérieur au féminin ou un monde juste pour tous et toutes ?

Pour qui écrivons-nous ? Pour les hommes seulement ?

Si vous êtes un homme, quelles seraient vos sensations, votre perception de lire un texte qui est destiné à l’ensemble de la population, mais qui serait uniquement rédigé au féminin ?

En exemple, un extrait d’article de journal remanié :

JO : la moitié des sportives françaises vivent sous le seuil de pauvreté

Elles gagnent des médailles, mais peu d’argent. Alors que les fédérations ne rémunèrent pas leurs sportives, certaines ont du mal à joindre les deux bouts.

Oubliée, l’image de la sportive millionnaire… Loin des podiums et des médailles, la réalité est bien moins belle. Un reportage de Complément d’enquête, diffusé jeudi soir, révèle que la moitié des 450 Françaises qui vont participer aux JO de Rio vivent avec moins de 500 euros par mois. Comme 8,6 millions de personnes, des centaines d’athlètes se retrouvent donc sous le seuil de pauvreté, fixé à 987 euros par mois et défini par l’Insee comme étant égal à 60 % du niveau de vie médian de la population française.

écriture inclusive : quelques principes

Alors comment faire pour s’adresser à toute la population ? Et aussi sans alourdir les textes ? Il n’y a pas de secrets, il faut s’adapter et bouger des repères imposés depuis longtemps.

Il existe plusieurs techniques pour changer sa manière d’écrire.

L’accord de la majorité

3 filles et 2 garçons : elles
2 filles et 3 garçons : ils 

L’accord de proximité ou de voisinage

Cette règle grammaticale était d’application jusqu’au XVIIe siècle.

Les filles et les garçons sont beaux
Les garçons et les filles sont belles

Les meubles et les chaises renversées.

L’ordre alphabétique

Tous et toutes, les filles et les garçons, elles et ils, celles et ceux…

Utiliser le féminin pour désigner un métier, une fonction, un grade

Le but est de banaliser cet usage, comme c’était le cas au Moyen-âge.

Vous ne trouvez pas l’équivalent ? Voici un document qui va vous aider. Plus d’excuses !

(à partir de la page 63)

Bannir Mademoiselle pour désigner une femme non-mariée ou une jeune femme

Madame, c’est très bien. Mademoiselle et Madame étaient utilisés pour différencier les femmes non mariées des femmes mariées. Continuez à utiliser Mademoiselle, mais alors utiliser aussi un terme pour les hommes qui ne sont pas mariés, Damoiseau par exemple fera l’affaire. Et on en reparle.

De nos jours Mademoiselle s’utilise plus en fonction de l’âge, pour les très jeunes filles. Alors vous pouvez enlever la case Mademoiselle sur les formulaires (c’est déjà le cas dans l’administration française.

Arrêter d’attribuer à une femme le nom de la fonction du mari

L’ambassadrice n’est plus la femme de l’ambassadeur, la bouchère n’est plus la femme du boucher. Mais y a-t-il encore des personnes qui utilisent cette formule pourtant courante il y a quelque temps ?

Utiliser les noms propres pour les hommes ET pour les femmes

Hein ? avec quoi tu viens ? Mettez cette consigne dans un coin dans votre tête. Gardez là lorsque vous lisez, écoutez des présentations d’hommes et de femmes. Vous remarquerez qu’il arrive que l’on présente l’homme avec son prénom et son nom, et la femme… juste avec son prénom, mais rarement le contraire. Utiliser les noms et prénoms de la même façon pour les hommes et pour les femmes.

Observez les titres de journaux tels que « une femme a traversé la Manche », « une femme élue à la tête du pays », « une femme invente… » ! Comparez quand il s’agit d’un homme… mais oui, il a a un nom lui !

Préférer les termes utilisés depuis longtemps

Auteure est nouveau mais Autrice existait au Moyen-âge. Gardons-le !

Les néologismes en –eure datent des années 70/80. Par contre, le féminin d’ingénieur est bien naturellement ingénieure.

Pour parler de l’ensemble de la population, utiliser « Humain » et non les Hommes

écriture inclusive : quelques techniques

 Voici quelques techniques pour fluidifier vos textes.

Utiliser le nom de la fonction

Exemple : le tutorat à la place du tuteur ou de la tutrice

Utiliser le nom de l’unité administrative

Exemple :  le service informatique au lieu de l’informaticien ou l’informaticienne, le personnel soignant au lieu des infirmières et des infirmiers, le corps enseignant au lieu des enseignant·es, les agents de police… bref, vous avez compris !

Utiliser des termes génériques

Chacun/chacune : chaque membre

Les termes épicènes

Il s’agit de mot dont la forme reste la même au féminin et au masculin.

Exemple : cadre, membre, bénévole, juriste

Simplifier vos textes

Remplacer la voix passive par la voix active

Les militant·es se sont retrouvé·es encerclé·es dans la rue par la police  devient la police a encerclé les militant·es dans la rue (2 points milieu en moins !)

écrire en doublet

Les étudiants et les étudiantes

Le point milieu, médian

Tout d’abord, dit-on point milieu ou point médian ?? Les deux, parfois. En fait, je  n’ai pas réussi à trouver la réponse. Si vous en avez une, je suis curieuse !

Il n’est à utiliser qu’en dernier recours et que dans le cas où les termes au féminin et au masculin sont semblables. Pourquoi ? Parce qu’il est source de crispation, d’offuscation et de scandales ! Comment ? He bien, en utilisant les techniques ci-dessus.

Concernant les pluriels, il y a deux façons de les écrire : les étudiant·es ou les étudiant·e·s. Je trouve la première solution plus légère.

Sous Windows : Alt + 0183
Sous Mac : Alt+mar+F

Je peux vous dire qu’en tant que graphiste, je jongle avec les raccourcis claviers que je n’ai jamais eu de foulure de doigts !

 

En conclusion

Tous les textes ne doivent pas être réécrits avec l’écriture inclusive. Laissons les classiques et les anciens textes tranquilles ! Mais songeons à utiliser cette écriture dans les articles, les manuels didactiques, pour les discours

Mixez le tout, les notions, les techniques afin d’éviter d’alourdir le texte ! Si vous n’êtes pas habitué·e à ce style d’écriture, écrivez à votre manière et repassez sur votre texte avec les lunettes de l’écriture inclusive. Ne vous enfermez pas dans un cadre trop rigide, accordez-vous de faire des erreurs comme n’importe quel·le débutant·e.

Et enfin, une dernière info, en Belgique, nous utilisons souvent l’écriture inclusive dans de nombreuses situations et tout roule normalement, enfin, comme d’habitude, je veux dire, c’est la Belgique quand même, c’est compliqué parfois, mais ça n’a rien à voir avec l’écriture inclusive !

Vous avez un projet? Le fond mais pas la forme?

Vous pouvez me contacter pour me présenter le projet. Cela ne vous engage à rien :-). Je suis graphiste et illustratrice, je travaille sur des projets de communication et également des outils pédagogiques. Je mets mes lunette d’inclusivité pour que votre projet s’adresse à toute la population !

 

 

Pin It on Pinterest