101 gestes écolos (32) : Jouer avec la nature

101 gestes écolos (32) : Jouer avec la nature

Je t’ai déjà parlé du blog Éveil et Nature, que j’aime lire. Émilie partage sa passion des sorties natures et leur importance sur le comportement, la santé, l’éveil , la créativité des enfants. J’y étais déjà bien sensible, mais depuis un certain temps, j’ai changé mon comportement lors des sorties :

  • Tout est prétexte à une découverte nature (le chemin de l’école, le massif de fleurs, le balcon).
  • J’ai installé un espace nature dans l’appart (qui devient vite un lieu apocalyptique régulièrement).
  • Lors des balades au parc, on se pose. Les filles jouent librement dans un espace (hors du sentier si possible), c’est ce qu’Émilie appelle les temps libres.
  • Je les laisse se salir, les mains, les pieds dans la terre, dans la boue, jouer avec les monticules de terre faits par les taupes par exemple.
  • Parfois, on sort avec une animation, une découverte en tête.

Mais en quoi est-ce écologique? C’est essentiel de connecter les enfants à la nature (et par l’occasion nous reconnecter en tant qu’adulte) surtout quand on habite en ville. On respecte mieux ce que l’on connait, j’essaye de leur apprendre à prendre soin de notre environnement par le jeu, par le plaisir. Et puis au moins, pendant nos temps “nature”, on ne consomme pas!

Bon en fait, mon objectif final est d’en faire de vrais petits soldats écolos mais dit comme ça, ça pourrait être mal pris 😉

101 gestes écolos (30) : acheter des vêtements d’occasion

101 gestes écolos (30) : acheter des vêtements d’occasion

J’achète très peu souvent en neuf (c’est assez facile pour moi car j’achète très peu souvent tout court des vêtements ;-)). J’achète dans les magasins de seconde main, aux copines, dans les brocantes, sur le web. Quand on a l’habitude d’acheter d’occasion, on devient surpris du coût des vêtements neufs et de la mauvaise qualité des vêtements à petit prix.

Acheter d’occasion me permet aussi de me payer de très bons vêtements à un prix très intéressant. Une autre raison d’acheter d’occasion? On réduit ses déchets, car on évite toutes les étiquettes et emballages qui vont avec les vêtements neufs.

En 2021

Depuis le confinement, j’achète encore moins de vêtements. J’ai carrément perdu l’habitude d’aller dans les magasins, j’assume mon syndrome de la cabane ! A Bruxelles, je ne sortais pas spécialement pour faire du shopping. J’achetais quand j’avais besoin de quelque chose et quand je passais devant un magasin, ce qui est assez facile, il y en a plein !

Mais dans ma région, il y a peu de magasins d’occasion. Le seul de ma ville a fini par vendre des fins de séries neuves que je n’aimais pas, et ensuite, il a fermé.

J’ai acheté du neuf sur Internet pour les vêtements nécessaires (sous vêtements,  t-shirt à porter sous les pulls). Pour le reste, j’ai encore trouvé quelques vêtements en donneries ou dans des échanges de vêtements. J’ai vraiment diminué le contenu de ma garde-robe pour ne garder que très peu de vêtements au final, beaucoup de basiques. Parfois, j’ai envie de nouveautés, mais ça passe très vite ! C’est surtout qu’il n’y a pas d’offre par chez moi car j’avoue bien aimer farfouiller et trouver une pièce unique et originale.

Le gros échec est du côté de mes filles. Elles ont grandi, et veulent des vêtements similaires à ceux des copines.  La plus petite est supra hyper ultra sensible aux coutures, aux étiquettes. C’est le style d’enfant à prendre 15 min à mettre ses chaussettes avant de partir. Seuls les parents qui ont le même modèle d’enfant pourront me comprendre ! Il lui faut des vêtements confortables, sans couture, pratiques et qui ne sert pas trop. Bref, les vêtements d’une grande enseigne de sport bien connue ! bouhhh. C’est déjà galère à lui trouver des vêtements, je pense que c’est mission impossible en seconde main. Et la plus grande, elle veut des vêtements stylés !

Elles aiment encore récupérer des habits de leur grande cousine, mais je vois bien que ça le fait moins ! Bref, j’ai décidé que j’allais leur faire découvrir l’univers des friperies. Elles vont vite comprendre que pour le même prix, elles auront beaucoup plus de vêtements. Tant pis pour le minimalisme…

100 gestes écolos

les gestes écolos!

Je partage sur mon blog une centaine de gestes écolos
que je pratique régulièrement.

Découvrez ces gestes également sur papier,
avec mon livre
100 gestes écolos qui vont changer le monde, et aussi ma vie!
paru aux Editions Larousse.

101 gestes écolos (29) : se curer les oreilles

101 gestes écolos (29) : se curer les oreilles

Je m’en cure les oreilles

Houuu j’attaque du lourd là : le lavage des oreilles. J’ai abandonné le sacro-saint indispensable coton-tige que l’on jette dès que l’on a fini de l’utiliser!

Alors concrètement, c’est quoi un cure-oreille (également nommé l’oriculis)? C’est un ustensile en plastique ou en inox avec lequel on retire le cérumen, on essuie ensuite les “saletés” sur une lingette lavable.

  • Non seulement, ça empêche le développement des bouchons d’oreilles,
  • mais encore ça désencombre la salle de bain (et l’esprit : plus besoin de penser à acheter de quoi se nettoyer les oreilles)
  • et ça réduit aussi les déchets. Tout bon!

En 2021

C’est peut-être un détail pour vous mais ça veut dire beaucoup en terme de déchets : sur une année, les déchets de liés à l’utilisation des coton-tiges représentent 1,2 million de tonnes de détritus (1 200 000 t), qui finissent pour une grande partie, dans la mer. Dingue non ?

Il faut des années pour faire passer une loi, mais il m’a fallu 5 min pour acheter un oriculis, et l’utiliser depuis. Je l’ai complètement adopté. Au pire, quand l’envie irrésistible et incontrôlable de me grattouiller l’oreille me vient, je prends un cure-dent dont j’ai coupé le bout et j’y enroule un peu de coton. Je jette le coton à la poubelle, pas dans les toilettes !!! Pour le reste, j’arrive à gérer !

Et vous, quelle alternative avez-vous adoptée ?

Et vous en êtes où dans votre liste des gestes écolos? 🙂

100 gestes écolos

les gestes écolos!

Je partage sur mon blog une centaine de gestes écolos
que je pratique régulièrement.

Découvrez ces gestes également sur papier,
avec mon livre
100 gestes écolos qui vont changer le monde, et aussi ma vie!
paru aux Editions Larousse.

101 gestes écolos (28) : Des serviettes en tissus

101 gestes écolos (28) : Des serviettes en tissus

Du tissus à table

Chez nous, il n’y a plus de sopalin (en français) ou d’essuie-tout (en belge). A table, on s’essuie la bouche – les mains, le visage, la table, le t-shirt pour les enfants – avec des serviettes en tissus. J’ai de belles serviettes que l’on sort quand on a des invité·e·s – comme chez mémé et puis des “serviettes” de tous les jours. En fait, il s’agit de tétras (langes) que nous avons beaucoup utilisés pour nos filles. Même propres, ils ont des tâches mais ce n’est pas bien grave, ils font leur job :-).

5 ans après…

Finis les tétras !! J’ai des quasi ados à la maison 🙂

Quelques rouleaux de Sopalin ont continué à traîner chez nous : des restes de commande de maternelle (les rouleaux se vendent par deux) ou de retours de camping. Nous utilisons les belles serviettes tous les jours maintenant parce que zut, on n’a qu’une vie. Elles restent tâchées, tant pis, elles sont quand même propres. J’ai acheté d’autres (neuves oui) chez Dille et Kamille  parce que je craque sur leurs jolis motifs. Mais pas question de tomber dans les filets de la sur-consommation!

J’ai aussi récupéré une douzaine de serviettes vintages d’occasion, blanches, avec de la broderie. Ce n’est pas au goût de tout le monde mais moi, j’adore.

Nous utilisons donc toujours régulièrement les serviettes de table en tissus : à table, en pique-nique, avec les repas des filles à l’école… Je n’ai pas calculé ce que cela représentait comme diminution de déchets. Mais avec une consommation de 1 rouleau de Sopalin tous les 3 ans environ, je pense qu’on est dans le bon non ?

Et quand il y a des invité·e·s ? He bien, nous restons avec les serviettes en tissus et hop dans la machine !

100 gestes écolos

les gestes écolos!

Je partage sur mon blog une centaine de gestes écolos
que je pratique régulièrement.

Découvrez ces gestes également sur papier,
avec mon livre
100 gestes écolos qui vont changer le monde, et aussi ma vie!
paru aux Editions Larousse.

101 gestes écolos (27) Poêle en inox

101 gestes écolos (27) Poêle en inox

Le prix de l’inox

Faut que je te raconte l’histoire de ma poêle en inox. Je suis convaincue des dangers du téflon mais le prix des poêles en inox de bonne qualité me rebutait un peu. Et puis un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et me suis dit “aujourd’hui je me la paye!!!”. Me voilà donc dans un très bon magasin de cuisine à Bruxelles, et là je la vois: Inox 18/10, fabrication allemande et en solde! En solde ok mais quand même à 120€. 120€ punaise, j’ai pas l’habitude… Je jette un coup d’œil à gauche… je découvre qu’il existe des casseroles à 1000€. hum. La vendeuse me conseille et me préviens malgré tout que “l’inox ça colle” (oui merci je me suis renseignée). Après 3/4 d’heure d’hésitation je me lance et passe à la caisse. La vendeuse me rappelle que “l’inox ça colle” et me donne des conseils pour cuire la viande (à moi, la végétarienne). Et là je me demande si je ne me fais pas avoir à payer 120€ pour une poêle qui colle…

Hé bien non! Après des mois d’utilisation, je peux te dire que j’en suis ravie! Non seulement elle est belle (si si je te l’assure) mais en plus elle ne colle pas tant que ça :-). J’ai même réussi à faire des steaks végé dedans et l’homme de la maison a réussi à y faire une omelette! Te rends-tu compte?

Alors oui c’est cher, mais ma poêle, elle est inusable. Je pourrai même la refiler en héritage à mes filles ;-). Elle est saine pour ma santé . Il nous manquait quand même une autre poêle et j’en ai racheté une. À 20€ cette fois-ci (faut pas déconner). Elle colle un peu plus, on voit bien que ce n’est pas la même qualité, mais elle reste facile d’utilisation. Et elle durera certainement plus qu’une avec du téflon.

5 ans après…

Je les ai toujours. Mon mec a réussi à faire un coup dans la poêle à 120€ mais il faut dire qu’il est très fort pour casser des trucs. On a appris à les dompter et on arrive à y faire des omelettes et même des crêpes, enfin, surtout mon mec, ce qui l’excuse pour le coup qu’il a fait dans la poêle à 120€ (je me répète) ?

Celle a 20 € fait bien l’affaire mais le manche chauffe tellement qu’on est obligé de se servir d’une manique.

Seul bémol: quand on réchauffe des crêpes bretonnes, la première colle toujours, et la poêle est un peu petite pour cela.

Elles ont une jolie patine brune en dessous. Je ne suis pas maniaque, ça ne me dérange pas.

On voit pour acheter un Wok maintenant, mais là, ce n’est plus un bras que ça va nous coûter, c’est une jambe.

Cela ne sauvera pas la planète, mais l’inox nous permet d’acheter moins souvent du matériel. Je pense qu’au bout de 5 ans, si j’avais eu du téflon, j’aurais dû en acheter d’autres.

Nous en avons seulement 2, c’est parfois difficile car nous ne mangeons pas la même chose, mais on arrive à s’en sortir.

100 gestes écolos

les gestes écolos!

Je partage sur mon blog une centaine de gestes écolos
que je pratique régulièrement.

Découvrez ces gestes également sur papier,
avec mon livre
100 gestes écolos qui vont changer le monde, et aussi ma vie!
paru aux Editions Larousse.

Pin It on Pinterest