5 astuces pour choisir sa typo

5 astuces pour choisir sa typo

Le choix d’une ou plusieurs typographies (police d’écriture) pour représenter son association, son projet, son festival est une étape essentielle sur laquelle il faut s’attarder et faire des recherches. Voici 5 petites astuces (et il y en a d’autres!!) pour vous aider à choisir en connaissance de cause.

1 – Un nombre limité de typographies

Limitez-vous à 3 typographies différentes, 2, c’est encore mieux. Trop de typographies va alourdir vos documents, la personne qui les lira risque de se perdre et de passer à côté des informations principales. Le cerveau classe automatiquement et inconsciemment les informations, facilitons lui la vie avec une typo pour les titres, une autre pour le texte, les paragraphes, et à la limite une 3e pour les citations ou mise en exergue.

2 – De nombreuses déclinaisons

Si le nombre de typo est limité, les déclinaisons, elles, peuvent être nombreuses. Il est possible de jouer avec les italiques, le gras, l’écriture en capitale… Certaines typographies proposent des variantes plus ou moins fines.

Variez la taille, l’épaisseur et la couleur d’une même typo.

3 – Privilégier la lisibilité

Il existe beaucoup de styles de typographies : élégant, original, destroy, … mais si votre objectif principal (avant de créer quelque chose de design qui claque) est de passer une information, je vous conseille de rester sur quelque chose de basique. Attention, cela peut être basique et original à la fois ! Tout se joue dans la nuance.

Je réalise souvent des documents pour un public ayant des difficultés à lire le français. Le texte en lui-même est à adapter, mais la police d’écriture doit être extrêmement claire et lisible. Il ne doit pas avoir de confusion entre les différentes lettres.

4 – Vérifier les accents !

La plupart des typographies en Europe sont d’origine anglaise et qui dit anglophone, dit sans d’accent. Vérifiez donc toujours la disponibilité des lettres avec accent, en minuscule et en majuscule.

5 – Le style de la typographie

Vous kiffez la typo Walt Disney ? Ok, c’est votre droit. Mais si vous l’utilisez, sachez que d’office votre lecteur ou lectrice fera le lien avec l’univers de Walt Disney. C’est pareil pour toutes les typographies utilisées par les grandes marques. De plus, de nombreuses typographies ont une histoire et une signification. Écoutez celle de la Comic Sans si vous ne la connaissez pas encore !

Évitez de choisir une typo à la mode qui s’affiche partout, mais qui sera obsolète dans un an.

Choisir une typographie est très complexe et nécessite beaucoup de temps. Certain·es graphistes sont même spécialisé·es en création de typographie.

Besoin de déléguer la réalisation graphique de votre projet ? Contactez-moi par mail, par téléphone ou prenez rendez-vous pour un appel “découverte” !

Rétrospective 2020

Rétrospective 2020

J’ai du mal à boucler cette année 2020, à faire une rétrospective 2020 et j’ai du mal à en avoir une opinion autre que :

“mais quelle année de merde !”

En effet, ce fut une année difficile tant au niveau professionnel que personnel, comme beaucoup d’entre nous je pense.

Pourtant, il est nécessaire de voir la situation en face, de tirer des bénéfices de cette année et de se focaliser sur le positif.

De mes 3 objectifs pro annoncés en janvier 2020, je n’en ai réussi qu’un seul.

  • Premièrement, le projet du second livre a été annulé brusquement et sans ménagement.
  • Deuxièmement ma boutique en ligne n’est toujours pas en ligne (haha) mais j’y crois.
  • D’un autre côté, je propose plus clairement mon offre. Et les retours sont assez bons car la plupart des contrats sont réalisés avec des personnes qui font la démarche de me contacter, et pas l’inverse.

Rétrospective 2020 : les projets réalisés

Cette année, c’est 13 projets réalisés et 3 de plus en cours de réalisation pour 2021. Des projets aussi variés qui vont de la simple mise en page de flyers à l’élaboration d’outil pédagogique entièrement illustré, en passant par des illustrations libres, d’autres beaucoup plus techniques.

Et c’est également des projet qui ont tous en commun des supers client·e·s topissimes! Sisi je te jure! Je lis souvent sur les forums des questions par rapport à la gestion de relations difficiles avec les client·e·s.  Je ne suis pas (encore) concernée par ce problème. Je ne dis pas que tout roule facilement pour moi mais généralement, cela se passe relativement bien et en confiance. Je pense que j’ai des client·e·s en or.

De plus, chaque projet est différent, j’apprends beaucoup. Parfois je connais par cœur des quartiers sans y avoir mis les pieds, parfois, je découvre des métiers, des plats, des parties du corps! J’adore!

Rétrospective 2020 : le confinement

Pour cette rétrospective 2020, c’est aussi 3 mois de confinement avec un manque énorme de travail (plus rien quasiment) et de grosses prises de têtes, et un canapé à changer, n’ayant pas trop supporté cette période. C’est un lâcher prise total sur la situation, histoire de garder un minimum de bonne santé mentale.

J’ai beaucoup appris cette année, mon processus de travail s’est grandement amélioré. Rien de vaut l’expérience. RIEN.

 

marina le floch illustration retrospective 2020
Retrospective 2020 marina le floch

Je n’ai pas avancé autant que je le souhaitais sur mes projets personnels. Par conséquent, j’ai beaucoup culpabilisé de ne pas pouvoir profiter des 3 mois de congés forcés pendant le confinement pour faire le méga projet d’illustration, pour me former sur des supers programmes, pour refaire le monde. Tout cela, je n’ai pas pu le faire car c’est tout simplement impossible de le faire quand les enfants sont 100% du temps à la maison et quand l’avenir est une espèce de vision complètement floue et chiffonnée.

Toutefois j’ai mis à plat mes besoins et mes envies pour  avancer petit à petit. J’espère en voir la concrétisation pour 2021. D’ici là, patience…

Rétrospective 2020 et bonne année 2021

On ne va pas laisser abattre

Alors, pour finir l’année sur une note positive, j’offre aux abonné·e·s de la lettre d’info une petite carte de bonne année qui représente un message d’espoir. Regardons 2020 avec toute la bienveillance que nous pouvons pour construire une année 2021 pleine de joie et de bonheur.

Je vous souhaite à tous et à toutes une belle fin d’année. Les fêtes sont juste reportées.

Prends soin de toi et de tes proches.

 

 

Atelier créatif Niki de Saint Phalle

Atelier créatif Niki de Saint Phalle

Avant les vacances de Carnaval, j’ai participé à un atelier créatif et féministe sur Niki de Saint Phalle, organisé par Vie féminine. Ça fait longtemps que je souhaitais m’accorder une pause créative avec d’autres personnes, mais je n’arrivais pas à me donner le temps! Le stage a eu lieu sur 3 soirées + un samedi, assez intensif donc. J’ai bien ressenti la fatigue après, comme quoi, on est peu de chose 🙂

Il y avait une rétrospective de l’artiste dans une ville pas très loin de chez moi. Je l’ai royalement loupée alors je pouvais bien faire un petit stage pour la peine!

J’avais aussi une autre raison d’y participer : j’ai très envie d’animer des ateliers un jour. Quoi de mieux que la pratique pour apprendre :-). C’est comme cela que j’apprends : en me jetant dans le bain.

La vie de Niki de St Phalle en deux mots (presque)

Elle est née en 1930, en France. Pour comprendre son œuvre, il faut connaitre sa vie. A 11 ans, elle est victime d’un inceste, ça commence mal. Ensuite, après son mariage (à 18 ans) et après la naissance de ses deux enfants, elle fait une grave dépression (soignée aux électrochocs, vive l’époque…). L’art la sauvera. Elle laisse ses enfants à son mari (imaginez le truc de fou à l’époque!) et passe pas une période créative comme une catharsis : assemblages sombres d’objets, performances à la carabine… Et puis un jour c’est le déclic, elle voit la beauté par la grossesse d’une de ses amis et elle commence à créer ses “Nanas”, femmes plantureuses et colorées, grandes, voire, gigantesques.

Ensuite, elle produit un nombre impressionnant de sculptures monumentales qui sont exposées à l’extérieur, un peu partout. Elle crée beaucoup et pour tout le monde, pas seulement pour l’élite. Ses œuvres sont fortes. Nikki a soutenu également de nombreuses causes comme celle de la libération des femmes, celle des malades du Sida, celle des Noirs américains.

Elle meurt en 2002 suite à une infection des poumons due aux poussières de polyester qu’elle utilisait pour ses sculptures.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez lire le dossier pédagogique du Grand Palais,ou cet article (en 3 min).

L’atelier

L’atelier s’est déroulé en 3 étapes :

  • un collage individuel sur ce qui nous nourrit et ce qui nous repousse;
  • un exutoire sur un (pauvre) mannequin;
  • une création collective colorée et joyeuse.

Nous avons beaucoup beaucoup parlé la première séance (trop?), peut-être mais c’est surement que nous devions le faire! Ensuite, je me suis laissée portée par les consignes. Je dois dire que ça me change de créer sans attente de résultat, sans me mettre la pression, sans analyser ce que je fais (je me triture beaucoup les neurones). D’ailleurs quand par la suite, j’ai appris que nos bricolages, créations allaient être exposées, ça m’a fait rire (intérieurement) moi qui me questionne toujours pour savoir si ce que je peins est exposable ou pas. Pour ce coup là, je n’avais pas le choix!

D’avance je m’excuse pour la qualité des photos, je les ai prises avec mon téléphone qui n’est pas au top!

Atelier Niki de Saint Phalle
Atelier collage – il me manque des photos des collages finis, c’est juste pour te donner une idée de l’ambiance.

Atelier Niki de Saint Phalle
Collages des représentations de la femme dans les médias qui nous…
hérissent le poil sur un mannequin taille mannequin!
Atelier Niki de Saint Phalle
Lancés de fléchettes sur des ballons remplis de peinture!

Nous commençons la création collective, il s’agit d’une silhouette découpée (par nos soins) sur du mdf et sur laquelle nous collons des tissus, dessinons des motifs propres à l’univers de l’artiste (cœurs, fleurs…). Là, nous étions beaucoup plus studieuses, un vrai moment de sérénité.

Atelier Niki de Saint Phalle
Création collective finie!

Pour conclure

Je dois dire que j’étais lessivée après ce stage (entre le boulot, les formation, les enfants, la maison…), cela peut paraître simpliste de dire cela, mais le quotidien m’épuise. De plus j’étais très très stressée ces mois de janvier et février suite à ma décision de quitter mon boulot – maintenant je suis juste très stressée. Mais je ne regrette pas du tout de l’avoir fait (le stage, pour le boulot c’est l’avenir qui me le dira ^^). On s’est amusé, on a bien discuté, j’ai rencontré de chouettes personnes. Cela m’a fait prendre conscience de mon réel besoin de créativité et de partage pour mon épanouissement, et c’est en cela que je pense que j’ai pris la bonne décision. Le samedi, j’ai prolongé mon temps “pour moi” en rentrant à pied par un chemin presque bucolique qui relie le centre-ville à mon village (5km)… bonheur 🙂

Merci à l’association Vie féminine, au Centre Culturel de Braine-le-Comte et à l’animatrice Dominique Declerck.

Par la suite, entre participantes et organisatrices, nous nous sommes vues plusieurs fois, nous avons organisé un apéritif rencontre (où il n’y a pas eu beaucoup de monde, mais que voulez-vous ma bonne dame, c’est comme ça) et avons fixé le prochain rendez-vous pour d’autres projets :-). Yeahhhh!

Inktober 2018, le feu

Inktober 2018, le feu

Voici la dernière semaine du challenge inktober et chez moi, la fin a tourné… en eau de boudin, a fini en queue de poisson, est partie en cacahuète. Bref, j’eus mieux fait dans ma vie :-).

Mais pourquoi ? oui, pourquoiiii?

Je pourrais te dire que ma vie a été trop trépidante ces derniers temps, que je croule sous le travail (ça,ça va venir!), mais en fait non. Nous sommes partis à la mer du Nord (oui, en novembre, je sais) et j’avais pris carnets et feutres, bien décidée à finir le challenge. Et puis, je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai dû dormir 10/12h par nuit et le restant du temps, je me suis accordée une flemmingite. Et quand je ne dormais pas, je lisais. Et quand je ne lisais pas, j’étais en ballade en famille, ou lobotomisée devant Ouf TV avec mes filles – la honte. Mais je te rappelle que j’étais à la mer du Nord. C’est comme ça. J’ai déconnecté d’internet, et aussi du challenge.

Les vacances sont finies maintenant, j’ai rattrapé mon retard, sauf pour les 3 derniers jours, je laisse tomber ces 3 derniers dessins (parce que j’aime pas trop la perfection ;-)).

Un petit regret tout de même, celui de ne pas avoir réussi à m’appliquer correctement, ou du moins autant que je le souhaitais. Mais ce n’est pas grave, rien n’est grave !

Marina Le Floch - Inktober 2018
Cheminée
Marina Le Floch - Inktober 2018
Dragon
Marina Le Floch - Inktober 2018
Volcan
Marina Le Floch - Inktober 2018
Brûlure (avec l’accent sur le mauvais u!)
Marina Le Floch - Inktober 2018
Poudre (aux yeux)
Marina Le Floch - Inktober 2018
Allumette


Marina Le Floch - Inktober 2018
Enfer

Au final, je suis contente une fois de plus d’y avoir participé! Allez, place à la couleur pour les prochains posts 🙂

Inktober 2018, l’air

Inktober 2018, l’air

3eme semaine du défi Inktober. Le thème cette semaine est l’air.
J’ai un bon rythme, mais rien à faire il est cassé le vendredi soir :-). Je rattrape le dimanche! Par automatisme, me revoilà à dessiner des femmes.

Inktober 2018- Marina Le Floch
Ouragan
Inktober 2018- Marina Le Floch
Vol
Inktober 2018- Marina Le Floch
Souffle
Inktober 2018- Marina Le Floch
Chute libre
Inktober 2018- Marina Le Floch
Respirer
Inktober 2018- Marina Le Floch
Etouffer
Inktober 2018- Marina Le Floch
Cerf-volant

C’est parti pour la 4e semaine avec le feu!

Pin It on Pinterest