Inktober 2022

Inktober 2022

Cela fait plusieurs années que je participe à l’Inktober. J’aime bien ce challenge. J’aime bien les challenges en règle générale, c’est un fait. Le challenge VendrediIllu m’a remotivée à illustrer.  C’est parfois en s’obligeant à faire quelque chose que l’on y arrive.

Le concept est simple. Une liste de 31 mots est mise à disposition et chaque jour, chacun·e est invité·e à dessiner selon ce mot. Jake Parker, dessinateur lui-même, est à l’initiative de ce projet. Il publie la liste officielle.

Initialement, le dessin doit être réalisé à l’encre, sans croquis. Mais chacun fait ce qu’il veut finalement ! Et les listes se multiplient selon différentes thématiques.

Cette année, je n’étais pas très inspirée par la liste et je voulais me diriger vers une liste alternative. N’ayant pas trouvé ce que je cherchais, je me suis dit que j’allais faire ma propre liste.

J’ai pris le thème des saisons : une saison par semaine, 5 illustrations par semaine, repos le week-end et une illus bonus sur Halloween. La première semaine s’est très bien passée et j’ai bien tenu le rythme et puis c’est devenu de plus en plus difficile jusqu’à la dernière semaine où je n’ai réalisé que 2 illustrations sur 5. Mais peu importe ! Inktober est un jeu où l’on gagne à chaque fois :-).

 

Voici ma liste :

 

Ma liste Inktober

Inktober semaine 1 : l’automne

Inktober l'automne
Inktober l'automne
Inktober l'automne
Inktober l'automne
Inktober l'automne

J’avais préparé les croquis la semaine précédente et j’avais une illustration finie d’avance. Je n’avais donc pas de recherches à faire. je devais “seulement” coloriser tout en écoutant de la musique ou des podcasts ! Sans stress.

J’ai commencé à tester des nouvelles textures en scannant des livres et des morceaux de tissus et en les intégrant dans l’illustration (#cocooning et #chocolat chaud).

J’ai également testé d’autres brush (pinceaux) dans Photoshop. J’ai beaucoup aimé refaire des dégradés et des textures alors que normalement, pour les commandes, je colorie beaucoup en aplats (couleur uniforme).

Inktober semaine 2 : l’hiver

Inktober : l'hiver
Inktober : l'hiver
Inktober : l'hiver
Inktober : l'hiver
Inktober : l'hiver

Je n’ai vraiment pas l’habitude de dessiner des animaux, et me voilà avec un ours et un pingouin à illustrer !

Celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont eu l’occasion de suivre la petite histoire sur les manchots et les pingouins qui sont couramment confondus. Grâce à ce pingouin, j’ai découvert les givrés de Pôles.

J’étais plus inspirée pour cette série, car mon objectif était d’essayer de faire des illustrations pour imprimer des cartes postales pour les fêtes (elles seront bientôt disponibles).

Une petite coquille dans l’illustration #guirlande : à trop zoomer pour faire les détails, je ne me suis pas aperçue de suite que je lui avais fait 2 mains gauches ! J’ai rectifié depuis !

Inktober semaine 3 : le printemps

Inktober le printemps
Inktober le printemps
Inktober le printemps
Inktober le printemps
Inktober le printemps

Je n’ai pas réussi à suivre le rythme d’une illustration par jour, mais au final, j’ai fait les 5 illustrations. Dans un mood automnale, ce n’est pas évident d’utiliser les couleurs peps du printemps ! 

Ici, je me suis lâchée en m’éloignant parfois du sujet avec une représentation moins terre à terre.

Inktober semaine 4 : l’été

Inktober : l'été
Inktober : l'été

Tant pis ! Seulement 2  illustrations pour l’été 🙂 Je n’ai pas réussi à faire mieux. Pour mon excuse (bidon) il faut préciser que c’était une semaine de vacances scolaires et mes filles étaient à la maison. J’ai passé mon travail en priorité et le soir, j’avais souvent la flemme de rallumer l’ordinateur.

31 octobre : Halloween

Inktober : halloween

Je voulais absolument faire celle-ci pour être synchro avec le calendrier. Je n’avais pas trop d’idée en tête et l’illustration a évolué au fur et à mesure. Elle n’est pas finie, je m’y attarderai un peu plus tard pour la fignoler et y ajouter des détails.

Le bilan

  •  18 illustrations au lieu de 21, mais ce n’est pas si mal, surtout quand on sait qu’à côté d’Inktober j’ai réalisé d’autres illustrations pour des cartes de vœux de fin d’année.
  • Je suis vraiment contente d’avoir réussi à réaliser des illustrations personnelles. Depuis deux ans, j’avais réellement du mal à réaliser autre chose que des illustrations sur commande. La situation a fait que je me suis réfugiée dans le travail et que je n’arrivais pas exprimer ma créativité.
  • Un peu de fatigue se fait sentir à la fin de ce challenge avec beaucoup trop de temps passé devant l’ordinateur. Si on compte une moyenne d’1h30 par illu, le tout m’a pris + de 27h (je ne parle même pas du temps passé pour la publication et la diffusion).

Quelques semaines après, j’ai fignolé les détails des illustrations pour en envoyer plusieurs à l’impression.

Vous pouvez retrouver les cartes postales dans la boutique.

Guide pour l’Evras

Guide evras

Client
Stratégies concertées EVRAS (regroupement d’associations)

La demande
Le guide pour l’EVRAS, destiné aux professionnel·les reprend les thématiques, les apprentissages et les savoirs relatifs à l’EVRAS pour les enfants et adolescent·es.

Il s’agit donc d’un grand nombre d’informations organisées en tableau. Ces informations seront reprises sous la forme d’une présentation offrant plusieurs possibilités de passer d’une thématique à l’autre, d’une tranche d’âge à l’autre, avec des liens entre les différents apprentissages abordés. 
Chaque page pourra être utilisée indépendamment, mais fait partie d’un tout.
Des repères visuels forts (choix des couleurs, typographies et illustrations) permettront de se repérer facilement et rapidement.
Le graphisme respectera le code couleur et la minicharte graphique de l’association.

Le guide
+ 300 pages sous forme d’un Pdf interactif

Mise en page en lien avec les publications existantes, réalisation de pictogrammes représentant les différentes thématiques, illustrations.

Guide EVRAS sommaire
Guide evras sommaire
guide evras double page
Guide evras double page
Guide evras spirale
La demande initiale du projet était complexe puisqu’il s’agissait de mettre en page un contenu assez conséquent et de le rendre attractif, inclusif et intéractif, ce que Marina a fait avec brio. Sérénité, efficacité, pertinence et collaborative sont les termes que j’utiliserai pour qualifier Marina et son travail. 
Les nombreuses personnes travaillant dans différents secteurs saluent aussi grandement le travail qui a été effectué. 
En un mot, un énorme merci Marina pour ce travail!!! 

.

Louise-Marie

Chargée de projets, Oyes asbl

L’automne des solidarités

Automne des solidarités,  visuel pour les réseaux sociaux

Commune d’Etterbeek

Les services de la Cohésion sociale et de la Solidarité internationale de la commune d’Etterbeek proposent une vingtaine d’activités en collaboration avec un grand nombre de partenaires dans le cadre de l’édition 2022 de l’Automne des Solidarités. Le thème choisi cette année, “La voix est libre”».

Réalisation d’un visuel fort, aux couleurs vives, et évoquant l’engagement. La communication est déclinée sur différents supports (affiche, dépliant, flyers, Web). Français et néerlandais.

 

Automne des solidarités, flyers
Automne des solidarités 2022- affiche
Automne des solidarités, programme
Automne des solidarités, bannière
créer son identité visuelle de base

créer son identité visuelle de base

Qu’est-ce qu’une identité visuelle ?

Une identité visuelle est l’ensemble des visuels, des signes graphiques qui vont représenter votre activité. L’identité visuelle va permettre de vous démarquer, de vous faire reconnaitre facilement et de donner un premier avis (même inconscient à vous futur·es interlocuteurs·trices).

Il ne s’agit pas uniquement d’un logo. Un logo seul ne vous aidera pas à vous démarquer dans votre communication.

L’identité visuelle contient :

  • le logo ;
  • les polices d’écriture ;
  • les couleurs ;
  • les mises en pages ;
  • différents visuels (illustration, photos, pictogrammes…) ;

En avez-vous besoin ? Maintenant ?

C’est la question de l’œuf ou de la poule 😉

Vous démarrez votre activité, seul·e ou à plusieurs, vous n’avez pour l’instant peu ou pas de client et donc peu de rentrées d’argent. Vous avez envie de faire sensation et que l’on vous reconnaisse tout de suite. Vous avez envie d’un logo qui claque, d’une carte de visite originale, d’un site époustouflant. Et c’est bien normal.

Oui mais… quand on commence, d’une part, c’est difficile de sortir des sous pour le graphisme, et d’autre part, l’activité peut encore évoluer.

Imaginez, vous créez un super service de livraison de produits locaux pour chats et qu’en fait, la demande est là, mais pour les cochons d’inde ! Or, vous avez mis des chats partout dans vos visuels…

Bon ok, j’exagère, mais vous voyez l’idée.

Mais comment faire alors, pour avoir quand même une mini identité visuelle qui ne parte pas dans tous les sens ?

Pour vous aider, voici quelques pistes pour créer un début d’identité visuelle propre et surtout SIMPLE. Rien n’est gravé dans le marbre, vous allez pouvoir adapter, peaufiner…

Identité visuelle de base : l’avant logo.

C’est le premier élément visuel auquel on pense.

Pour trouver une idée : tempête d’idées !! Mettez tout à plat grâce aux cartes mentales. Ne vous limitez pas, écrivez tout ce qui vous passe par la tête, écrivez, les concepts, les idées et aussi des représentations visuelles concrètes..

Un logo avec un symbole

Une fois l’idée trouvée, essayez de la simplifier au maximum. Il vaut mieux un petit signe graphique bien fait qu’un truc compliqué, bancal et avec trop de détails. Vous pouvez utiliser Canva ou un logiciel de graphisme si vous êtes à l’aise.

Petite apparté sur Canva : Canva, c’est magique, c’est génial, c’est intuitif. Je ne crache pas dessus, je l’utilise aussi. Canva permet de faire de beaux documents. Mais c’est aussi hyper uniformisé. Le risque en choisissant un logo tout fait sur Canva par exemple, c’est que vous n’avez pas l’exclusivité.

Est-ce que vos activités sont uniquement dans votre ville où vont rayonner sur un vaste territoire ? Dans le deuxième cas, le travail sur l’identité visuelle peut être plus important afin de trouver un graphisme qui sorte du lot.

Le nom dans le logo

Cherchez une typographie qui correspondra au mieux à votre activité, pour cela, il y a des normes. C’est pénible les normes, mais ça a fait ses preuves, et c’est efficace ! Évitez de choisir des typographies utilisées par des grandes marques, ou des trucs douteux et louches, le lien se fera automatiquement dans l’esprit des personnes.

Faites lire votre logo par votre entourage, par des personnes qui ne connaissent pas votre nom de marque. Est-ce qu’on lit bien ce qui est écrit ou faut-il le déchiffrer ?

 

exemples de logos proposés par Canva

Exemples de logos proposés par Canva

La police d’écriture

Choisissiez d’autres typographies pour vos documents (pdf de présentation, cartes de visite…).
Vous utiliserez les mêmes partout. PARTOUT ! Simples, lisibles et qui se démarquent de celle que vous avez choisie pour écrire le nom de votre activité. Pensez à ce qu’elles puissent être lues par tous les publics. Faites des essais, regardez bien toutes les lettres, s’il y a des accents… Vérifiez les droits d’utilisation aussi ! Ce n’est pas parce que tout le monde l’utilise que c’est ok. Soyez dans les clous et la légalité.

Vous pouvez en choisir 2 : une pour les titres, un autre pour le texte.

polices proposées par dafont

Polices proposées par Dafont, typographies qui pourraient être utilisées pour le logo, mais pas pour les documents.

Les couleurs

Choisissez 3 couleurs maximums (qui pourront être déclinées par la suite). inspirez-vous

Creer une palette de couleur

Vous pouvez regrouper des photos qui correspondent à votre produit, à votre activité, qui reflète les ambiances que vous voulez faire ressortir. Une gamme chromatique va surement en sortir.

C’est quoi le code couleur ? C’est un code qui définit une couleur ! Mais encore ? Une couleur peut être en CMJN (Cyan, Noir, Jaune et Magenta) pour une utilisation pour l’impression, en RVB (Rouge, Vert, Bleu) pour une utilisation le Web, ou un nombre précédé d’un # pour le Web également (site, Canva…)

les codes couleurs

Regroupez les informations

Créer un dossier “identité visuelle” dans lequel vous aurez :

  • Un mémo fait sur n’importe quel programme (Word, Excel…) reprenant les diverses informations (typographie, codes des couleurs*… ). Ce sera votre garde-fou.
  • Un sous dossier avec toutes les images d’inspiration.
  • Un sous dossier avec les images à utiliser.

Cerise sur le gâteau, lorsque vous travaillerez avec un·e graphiste, vous aurez un bon dossier à lui présenter, ce qui facilitera la communication et clarifiera votre demande.

Vous pouvez aussi faire un sous-dossier avec des images et visuels qui pourraient être liées à votre activité, mais que vous souhaitez éviter. Par exemple, vous êtes décoratrice, mais vous ne voulez pas que les personnes associent votre activité au minimalisme.

Pour conclure…

Et voilà ! Vous avez une identité visuelle simple et provisoire, mais qui vous permettra de réaliser des documents qui tiennent la route visuellement, qui sont en lien. Bref, quelque chose de propre. Pour passer à l’étape supérieure, c’est-à-dire faire un travail de fond sur votre image, travaillez avec un·e professionnel·le quand vous serez prêt·e !

… ou pour continuer

Même avec ces conseils, vous n’arrivez pas à dégager des visuels utilisables ? Cela arrive quand on a la tête dans le guidon et on a tous et toutes la tête dans le guidon quand on démarre ! Vous avez besoin de recul, parfois une simple discussion suffit pour débloquer la situation. Vous pouvez me contacter pour un appel découverte pour me parler de votre projet et pourquoi pas, aller plus loin ensemble par la suite !

 

 

Pin It on Pinterest