Illustrer des thématiques difficiles

Illustrer des thématiques difficiles

Le graphisme et l’illustration ne servent pas qu’à vendre des produits ou des services. Ils peuvent servir à communiquer sur des thématiques assez difficiles afin de sensibiliser, d’informer, de prévenir.

Depuis de nombreuses années, je travaille sur des projets d’éducation permanente (éducation populaire en France) et de promotion de la santé. J’ai travaillé sur la solitude des personnes âgées, le désir ou le non-désir d’avoir un enfant, les violences gynécologiques et obstétricales (les VGO), l’aide aux personnes âgées, les maladies chroniques chez un public fragilisé, l’exil, la migration…

Et j’espère pouvoir contribuer encore et longtemps à la diffusion de ces thèmes.

Dans cet article je reste dans le domaine de l’illustration, de la représentation imagée.

 

l
Ce que nous allons voir aujourd’hui
  • Comment représenter un sujet délicat sans provoquer le rejet ?
  • 3 exemples : violences gynécologiques, addictions et parcours migratoire.

Comment faire pour représenter un sujet délicat sans provoquer le rejet ?

 

➜ Garder une approche positive

Même quand la thématique est négative et dure et sans minimiser les faits, il est possible de la représenter de façon positive ou du moins neutre. Éviter de montrer le côté trop sombre afin que les personnes concernées s’y retrouvent sans avoir un reflet de leur situation qui pourrait empirer leur estime de soi.

➜ Avoir une approche non orientée

Avant de commencer une illustration, je mets de côté tous mes préjugés et essaye de faire le vide dans mon cerveau pour démarrer sur une base neutre. J’utilise beaucoup la technique des cartes mentales. Je note autant ce qui pourrait être dessiné que ce qui doit être évité.

➜ Éviter de heurter, choquer

En publicité, le neuromarketing sert à enclencher l’envie d’achat grâce aux émotions : l’envie, le désir, le plaisir. Certaines campagnes de prévention (alcool, conduite à risque…) utilisent des images chocs pour susciter des émotions vives et fortes (tristesse, peur, stress). La réaction est instantanée et assez impulsive.  La peur peut entrainer un sentiment de rejet, de dégoût ou encore de paralysie.

Plus d’info : Usage de la peur et médias de préventions : quelques repères méthodologiques

➜ Éviter de culpabiliser, stigmatiser

Mettre en lumière une situation problématique n’est pas la pointer du doigt !(OMG, je vais déposer un copyright pour cette phrase ^^). Pas besoin d’en rajouter une couche, la situation est assez difficile comme cela. Tout comme la peur, la culpabilisation risque d’entrainer la paralysie. La personne n’est pas forcément entièrement responsable de sa situation et n’a pas forcément toutes les clés pour changer.

Plus d’info : Pour changer, la peur ou la culpabilité ?

 

 

Exemple 1 : représenter les VGO sur les femmes placées en institution

illustrer une thématique difficile - rapport VGO

Cette illustration a été réalisée pour la couverture du rapport Les violences gynécologiques et obstétricales (VGO) vécues par les femmes avec une déficience intellectuelle vivant en institution.

Déjà, rien que le titre cumule les situations difficiles. J’ai cogité sur plusieurs idées, en gardant en tête de vouloir représenter :

▶ les femmes avec différentes morphologies;

▶ leur invisibilité et la pression qu’elles subissent;

▶ un visuel et mise en page attractifs et qui facilitent la lecture.

J’ai été marquée dans ce rapport par le manque de concertation et de dialogue entre les personnes concernées et celles qui les entourent, les soignent. Comme si tout était déjà inscrit et surtout comme s’il n’y avait pas besoin de donner d’explications.

✏️ L’illustration et les motifs

▪ Je voulais quelque chose d’assez simple mettant les femmes en avant. J’ai représenté 3 femmes de morphologies et de postures différentes (passive, résignée). Les parties du corps liées à la santé sexuelle sont invisibles, comme si elles n’existaient pas, on voit à travers elles.

▪ La spirale jaune représente la société, l’environnement dans lequel elles évoluent. Les soins passent aléatoirement. Les violences font partie de ce système, elles passent, on n’en parle pas beaucoup.

▪ Les motifs en arrière-plan représentent les différentes thématiques abordées dans l’étude : les soins, le désir de maternité, la contraception, le manque de dialogue, la loi…

🎨 Le choix des couleurs

hors de questions de représenter un univers trash et dark (ni funky non plus, on est bien d’accord). Comment représenter un univers féminin, sans tomber dans les stéréotypes ? J’ai repris les teintes des logos des associations partenaires pour en tirer un rose/violet et j’ai contrebalancé avec du jaune, du vert et de l’orange. Le tout reste donc assez vif sans tomber dans l’excès.

Exemple 2 : représenter les addictions

Illustrer une thématique difficile - les addictions<br />

Cette illustration fait partie de l’outil pédagogique Babbel Boost : photo-expression pour les professionnel·les de santé travaillant avec des personnes atteintes d’une maladie chronique. Cette carte représente la problématique des addictions.

Il y a autant de mode de consommation que de produits. Nous aurions pu choisir une représentation facile de la consommation de drogue : une personne défoncée, seule, pauvre, maigre dans une ruelle sombre par exemple.

La difficulté était de représenter différentes addictions et différents comportements :

▶ addictions au chocolat, à la drogue,  à l’alcool, aux écrans…;

▶ plusieurs formes de consommation : en société, seul·e, de manière festive, légalement, illégalement…

✏️ L’illustration

L’illustration a plusieurs lectures, des personnes aux consommations différentes peuvent s’y retrouver, même celle dont l’addiction concerne “simplement” le sucre. Elle montre aussi que les tentations sont fortes en société. Avec le recul, j’aurais pu représenter une pharmacie également.

🎨 Le choix des couleurs

C’est la nuit qui est représentée, juste parce que c’est impossible de représenter la nuit et le jour en même temps ! Les couleurs font partie de la palette de couleurs utilisée pour les autres illustrations de ce photo-expression.

Exemple 3 : représenter les femmes migrantes et réfugiées

Illulstrer une thématique difficile - réfugiée<br />

Cette illustration a été réalisée pour la journée d’action organisée par le Cire asbl ayant pour thème femmes et migration. Elle a servi pour faire l’affiche et annoncer le programme. J’ai utilisé beaucoup de symboles pour cette représentation pour une approche plus poétique. L’ensemble de l’image représente une femme qui espère tout en lutant.

▶ Le mode de transport et les lieux : la traversée des montagnes, des mers, l’oiseau en forme d’avion.

▶ La culture différente : je me suis concentrée sur des motifs inspirés des motifs africains.

▶ Mais aussi l’universalité avec une forme ronde symbolisant la planète.

▶ Les difficiles conditions climatiques : neige, mauvais temps…

▶ L’espoir qui jaillit des mains, l’humanité et la lutte avec le cœur dans le poing fermé.

Au final, l’illustration est positive tout en représentant les difficultés rencontrées par les migrantes. Elles sont mises à l’honneur plutôt qu’en mode victime.

Bon à savoir

📌 Le sentiment de peur amène une réaction émotionnelle immédiate, mais souvent de rejet.
📌 Même le sujet le plus tragique peut être représenté de façon poétique et imagée.
📌 Suggérer plutôt que de réaliser une image au plus proche de la réalité.

 

 

Analyse gratuite

Bénéficiez d’un premier retour sur votre communication visuelle.

30 min de visio pour faire le point. C’est gratuit !

C’est le moment de penser à la carte de vœux!

C’est le moment de penser à la carte de vœux!

Même si le prix du papier a explosé et que le service postal n’est plus ce qu’il était, nous sommes nombreux·ses à découvrir avec  joie une petite carte de vœux dans notre boîte aux lettres, entre deux factures.

l
Ce que nous allons voir aujourd’hui :
  • Les origines de la tradition des cartes de voeux
  • Les différentes possibilités pour envoyer ses vœux
  • L’intérêt du support papier
  • Comment faire sa carte de vœux ?
carte de voeux

Origine de la tradition des cartes de vœux manuscrites

Cette tradition vient d’Angleterre et date du XIX siècle. On donnait une carte directement au destinataire, lorsque l’on venait lui souhaiter les bons vœux. Quand il n’était pas là, en France, on avait coutume de laisser une simple carte de visite.

Quelques dates

➔ début XIXe siècle : apparition de la lithographie, technique d’impression qui permet la création et la reproduction à de multiples exemplaires d’un tracé exécuté à l’encre ou au crayon sur une pierre calcaire
➔ 1840: invention du timbre post en Angleterre
➔ 1860 : plusieurs entreprises de cartes de souhaits sont fondées en Angleterre

Au début, les motifs des premières cartes de vœux sont souvent des scènes religieuses, des paysages, des enfants, des fleurs… Pendant la guerre, les soldats sont représentés, avec des messages de paix.

En 1860, la carte passe de l’autre côté de l’atlantique et envahi les États-Unis et le Canada. Avec les nouveaux moyens de transports, le courrier peut être acheminé “rapidement” sur de longues distances.

Avant, la carte de vœux était réservée au cercle de la famille et des amis, mais petit à petit, on la retrouve dans le milieu professionnel. Bien qu’envoyer ses vœux numériquement soit devenu la norme, les envois papier permettent de se démarquer.

Envoyer ses vœux, plusieurs possibilités

  • par votre lettre d’info
  • en vidéo, en collant sa tête sur un corps de lutins qui dansent 😉
  • par une carte achetée dans le commerce
  • Avec une carte personnalisée, avec un mot doux écrit à la main

L’intérêt d’envoyer une carte de vœux papier?

➔ Un geste qui marque
➔ Cela fait toujours plaisir
➔ Un impact émotionnel

Mais attention, envoyer une carte de vœux, ce n’est pas envoyer sa dernière offre promotionnelle ou remettre une couche pour présenter ses services! Il ne s’agit pas d’une démarche commerciale – pas directement en tout cas. En effet, c’est avant tout l’occasion de montrer à vos client·es, à votre public que vous pensez tout à eux·elles.

Vous pouvez offrir plusieurs expériences avec une carte:

  •  à manipuler
  •  qui fait sourire, qui surprend, émerveille
  •  qui pourra servir en décoration

Comment faire sa carte de vœux personnalisée  ?

    Graphiquement, tout est possible ! Illustrée, minimaliste, photo…

    De plus, vous n’êtes pas obligé·e d’envoyer un document corporate. La carte de vœux peut même sortir des sentiers battus de votre identité visuelle.

    Perso, j’aime bien envoyer une carte qui peut être affichée tout au long de l’année dans le bureau. D’une pierre deux coups, cela décore et les gens pensent à moi 😉

    Techniquement, tout est possible aussi. Du plus petit format au plus grand, du plus classique au plus original. Vous pouvez également joindre un petit cadeau avec la carte : sous forme de marque-page, un sachet de tisane, un magnet… le plus important est de bien y réfléchir en amont.

    Enfin, vous pouvez utiliser les codes graphiques des fêtes : le doré, les paillettes, le vernis… je préfère rester dans le sobre, plus écologique.

    Carte postale de vœux, tous mes vœux, mains
    Carte postale de vœux, tous mes vœux, mains
    Carte postale de vœux, tous mes vœux, mains

    Cartes disponibles dans la boutique en ligne

    Bon à savoir

    📌 Le format et le poids vont influencer le prix de l’envoi.
    📌 Attention à l’humour quand même. Quand je travaillais dans l’associatif, nous recevions les vœux des politicien·nes. Certaines étaient assez… surprenantes !
    📌 Envoyez votre carte la première semaine de janvier, c’est le meilleur moment.  Donc, prévoyez à l’avance sa réalisation, dès octobre.

     

    Analyse gratuite

    Bénéficiez d’un premier retour sur votre communication visuelle.

    30 min de visio pour faire le point. C’est gratuit !

    Inktober 2022

    Inktober 2022

    Cela fait plusieurs années que je participe à l’Inktober. J’aime bien ce challenge. J’aime bien les challenges en règle générale, c’est un fait. Le challenge VendrediIllu m’a remotivée à illustrer.  C’est parfois en s’obligeant à faire quelque chose que l’on y arrive.

    Le concept est simple. Une liste de 31 mots est mise à disposition et chaque jour, chacun·e est invité·e à dessiner selon ce mot. Jake Parker, dessinateur lui-même, est à l’initiative de ce projet. Il publie la liste officielle.

    Initialement, le dessin doit être réalisé à l’encre, sans croquis. Mais chacun fait ce qu’il veut finalement ! Et les listes se multiplient selon différentes thématiques.

    Cette année, je n’étais pas très inspirée par la liste et je voulais me diriger vers une liste alternative. N’ayant pas trouvé ce que je cherchais, je me suis dit que j’allais faire ma propre liste.

    J’ai pris le thème des saisons : une saison par semaine, 5 illustrations par semaine, repos le week-end et une illus bonus sur Halloween. La première semaine s’est très bien passée et j’ai bien tenu le rythme et puis c’est devenu de plus en plus difficile jusqu’à la dernière semaine où je n’ai réalisé que 2 illustrations sur 5. Mais peu importe ! Inktober est un jeu où l’on gagne à chaque fois :-).

     

    Voici ma liste :

     

    Ma liste Inktober

    Inktober semaine 1 : l’automne

    Inktober l'automne
    Inktober l'automne
    Inktober l'automne
    Inktober l'automne
    Inktober l'automne

    J’avais préparé les croquis la semaine précédente et j’avais une illustration finie d’avance. Je n’avais donc pas de recherches à faire. je devais “seulement” coloriser tout en écoutant de la musique ou des podcasts ! Sans stress.

    J’ai commencé à tester des nouvelles textures en scannant des livres et des morceaux de tissus et en les intégrant dans l’illustration (#cocooning et #chocolat chaud).

    J’ai également testé d’autres brush (pinceaux) dans Photoshop. J’ai beaucoup aimé refaire des dégradés et des textures alors que normalement, pour les commandes, je colorie beaucoup en aplats (couleur uniforme).

    Inktober semaine 2 : l’hiver

    Inktober : l'hiver
    Inktober : l'hiver
    Inktober : l'hiver
    Inktober : l'hiver
    Inktober : l'hiver

    Je n’ai vraiment pas l’habitude de dessiner des animaux, et me voilà avec un ours et un pingouin à illustrer !

    Celles et ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont eu l’occasion de suivre la petite histoire sur les manchots et les pingouins qui sont couramment confondus. Grâce à ce pingouin, j’ai découvert les givrés de Pôles.

    J’étais plus inspirée pour cette série, car mon objectif était d’essayer de faire des illustrations pour imprimer des cartes postales pour les fêtes (elles seront bientôt disponibles).

    Une petite coquille dans l’illustration #guirlande : à trop zoomer pour faire les détails, je ne me suis pas aperçue de suite que je lui avais fait 2 mains gauches ! J’ai rectifié depuis !

    Inktober semaine 3 : le printemps

    Inktober le printemps
    Inktober le printemps
    Inktober le printemps
    Inktober le printemps
    Inktober le printemps

    Je n’ai pas réussi à suivre le rythme d’une illustration par jour, mais au final, j’ai fait les 5 illustrations. Dans un mood automnale, ce n’est pas évident d’utiliser les couleurs peps du printemps ! 

    Ici, je me suis lâchée en m’éloignant parfois du sujet avec une représentation moins terre à terre.

    Inktober semaine 4 : l’été

    Inktober : l'été
    Inktober : l'été

    Tant pis ! Seulement 2  illustrations pour l’été 🙂 Je n’ai pas réussi à faire mieux. Pour mon excuse (bidon) il faut préciser que c’était une semaine de vacances scolaires et mes filles étaient à la maison. J’ai passé mon travail en priorité et le soir, j’avais souvent la flemme de rallumer l’ordinateur.

    31 octobre : Halloween

    Inktober : halloween

    Je voulais absolument faire celle-ci pour être synchro avec le calendrier. Je n’avais pas trop d’idée en tête et l’illustration a évolué au fur et à mesure. Elle n’est pas finie, je m’y attarderai un peu plus tard pour la fignoler et y ajouter des détails.

    Le bilan

    •  18 illustrations au lieu de 21, mais ce n’est pas si mal, surtout quand on sait qu’à côté d’Inktober j’ai réalisé d’autres illustrations pour des cartes de vœux de fin d’année.
    • Je suis vraiment contente d’avoir réussi à réaliser des illustrations personnelles. Depuis deux ans, j’avais réellement du mal à réaliser autre chose que des illustrations sur commande. La situation a fait que je me suis réfugiée dans le travail et que je n’arrivais pas exprimer ma créativité.
    • Un peu de fatigue se fait sentir à la fin de ce challenge avec beaucoup trop de temps passé devant l’ordinateur. Si on compte une moyenne d’1h30 par illu, le tout m’a pris + de 27h (je ne parle même pas du temps passé pour la publication et la diffusion).

    Quelques semaines après, j’ai fignolé les détails des illustrations pour en envoyer plusieurs à l’impression.

    Vous pouvez retrouver les cartes postales dans la boutique.

    Challenge créatif : #vendredillu

    Challenge créatif : #vendredillu

    Depuis quelques semaines, je me suis lancée dans un nouveau challenge : #vendredillu.

    Le but est de re-créer une habitude créative, de fixer un rdv créatif.

    Je me suis dit que j’allais réaliser 1 illustration par semaine et que j’allais la poster tous les vendredis. Qu’elle soit ratée ou réussie, finie ou inachevée. Ce ne sont pas des illustrations pour étoffer mon book mais plutôt pour tester différentes façons de dessiner, de colorier.

    Par exemple, j’ai l’habitude d’utiliser un pinceau Photoshop lisse et net. Dans les dernières illustrations, j’utilise un pinceau texturé.

    J’essaye aussi de dessiner le plus possible sur papier, loin de l’ordinateur.

    L’effet top de cet auto-challenge, c’est que cela m’a permis d’enchainer sur d’autres illustrations (celles de la page d’accueil de mon site et plusieurs sur une série).

    Voici mes différentes illustrations réalisées jusqu’ici.

    Vous pouvez les retrouver sur mes différents réseaux sociaux :

     

    lamb illustration
    astronaute
    vendredillu
    vendredillu
    vendredillu
    vendredillu
    vendredillu
    vendredillu

    Cela vous dit de participer?

    Coloriage renard d’automne

    Coloriage renard d’automne

    A quoi rêves-tu renard?

    Pour continuer dans la thématique de l’automne, je vous propose un coloriage tout doux à réaliser seul·e ou en famille. Nous aimons bien nous installer avec les crayons de couleur et colorier ensemble, mes filles et moi. L’une est complètement concentrée, l’autre a comme un bouton ON dès qu’elle commence (et bla bla bla bla…).

    La météo donne envie de commencer doucement le mode hibernation non ? Alors, on prend son plaid, ses crayons de couleur, sa tisane et on s’installe confortablement.

     

    coloriage renard qui dort

    Si vous le désirez, vous pouvez m’envoyer les photos de vos coloriages réalisés, j’adore cela  :-)!!

    cadeau coloriage d'automne

    Infos importantes

    J’aime partager des petits cadeaux avec les lecteurs et les lectrices. Tout cela me prend du temps et de l’énergie (mais je m’amuse beaucoup aussi !).

    Je tiens à préciser que mes créations sont protégées automatiquement par le droit d’auteur. L’usage des cadeaux mis en téléchargement sur ce site reste strictement personnel. Merci de ne pas revendre les créations ou de ne pas les utiliser à des fins commerciales.

    Vous pouvez partager les articles, des photos de vos impressions issues des pdf de ce site, en mentionnant l’origine, mais vous ne pouvez pas partager directement les documents. Merci !

    Vous pouvez également vous inscrire à la lettre d’info “créativité”  afin de recevoir (entre autre) d’autres coloriages !

    Merci!

    coloriages le bruit des images
    L’écriture inclusive, pourquoi et comment?

    L’écriture inclusive, pourquoi et comment?

    Voici la suite de l’article “Pour une communication non genrée “. J’y parlais surtout de l’importance des images non genrées dans la communication. Aujourd’hui, j’aborde l’écriture inclusive. Je ne suis pas une spécialiste, juste une utilisatrice qui cherche le pourquoi du comment (et le comment du pourquoi). Je n’étais pas exclusivement convaincue par l’écriture inclusive au début.

    L’écriture inclusive est rapidement ramenée à l’utilisation du point milieu ou médian (on ne sait pas bien d’ailleurs) et aux nœuds au cerveau. Mais ce n’est pas du tout le cas !

    Qu’est-ce qu’est l’écriture inclusive ?

    L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques qui permettent d’assurer une égalité de représentation des deux sexes. *

    * source

    Note : Je changerai sexe par le terme genre. Quand on parle des attentions graphiques, il s’agit de la ponctuation.

    Ne pas oublier

    C’est une écriture en phase de test, de recherche. Comme toutes les nouveautés, elle a ses détracteurs et détractrices, elle a aussi ses ratés, ses erreurs. L’intégrer dans sa pratique, dans ses habitudes est difficile, parfois. Elle a du mal à être acceptée car elle n’est pas toujours comprise.

    Certaines personnes n’hésitent pas à parler d’agression de la syntaxe, de ridicule, d’incompréhensible, de novlangue, de purge, et même de péril mortel !

    Alors, on va se calmer et prendre un peu de recul.

    contre l'écriture inclusive

    Pourquoi certaines personnes sont contre ?

    Les principaux détracteurs de l’écriture inclusive sont les membres de l’Académie française.

    C’est laid

    “Dans écrivaine, par exemple, on entend vaine.”

    Et vaine n’est pas très optimiste. Une chose vaine, c’est quelque chose d’inutile, qui ne sert à rien. OK. Mais… wait, personne n’entend vain dans écrivain ? Serait-ce une question d’habitude ?

    C’est illisible et compliqué

    Ils et elles sont touspointmilieutes uniepointmilieues

    On reste trop souvent sur le point milieu comme unique caractéristique de l’écriture inclusive, voici un scoop : il ne se prononce pas. C’est effectivement illisible si on le lit. Tout comme les majuscules, T majuscule, les virgules, virgule, les points, point.

    Edit du 21-03-22

    Suite aux différents commentaires concernant les 3 lignes que j’avais écrites sur les personnes qui parlent des personnes présentant des troubles dys, et ma vaine tentative d’éclaircissement de ma réflexion, je me dois de rajouter des explications, de reformuler mes phrases en espérant qu’elles ne me fassent pas dire ce que je ne pense pas!

    Si vous n’éprouvez pas de difficultés particulières à lire un texte classique, votre cerveau va s’habituer, et bientôt, quand vous lirez à voix basse, vous yeux glisseront naturellement sur cette nouvelle forme d’écriture, et votre lecture sera fluide à voix haute.

    Concernant la dyslexie

    N’étant pas experte en la matière, et étant plutôt en lien avec des personnes dont les difficultés de lecture sont liées à la langue, je ne me permettrai pas d’affirmer ce qui est bon ou pas, à part de dire (voir à la fin de l’article) que le point médian semblant être la principale source de difficulté en lecture dans l’écriture inclusive, le mieux est de l’éviter au maximum. L’écriture inclusive est en cours de construction, il est bon de prendre l’avis de tous et de toutes.

    Ajout du 27/01/23
    Écriture et typographie inclusive : obstacle pour les personnes dys ?

    C’est une injure à la langue française

    “Un péril mortel pour la langue française” (les académiciens et académiciennes)

    Une langue évolue, change. Voici un texte en ancien français.

    “Por les sains Dieu, que voi je la ?
    Et Diex vos saut, sire compere !
    Bien ait l’ame vostre bon pere,
    Dant Rohart, qui si seut chanter !
    Mainte foiz l’en oï vanter
    Que n’en avoit son per en France.
    Vos meïsmes, en vostre enfance,
    Vos en soulïez moult pener.
    Seüstes onques orguener ?
    Chantez moi une rotruenge.” *

    * Source

    Heuuu… je n’ai pas tout compris!

    Les Sages sont contre l’écriture inclusive, mais ne proposent aucune alternative pour intégrer le public féminin dans les écrits. La langue est le reflet de notre société, et il me semble qu’il y a du changement en ce moment de ce côté.

    Il y a des combats plus importants

    C’est inutile et ça ne va pas changer le monde.

    Effectivement, il y a le réchauffement climatique, la misère, la faim, l’accès à la santé qui sont des combats essentiels. Je ne fais pas de hiérarchie entre les différents combats. Pour moi, tout est lié. C’est impossible et épuisant de militer pour tout, il faut faire des choix. Ce qui n’empêche pas de soutenir d’autres causes. Ne sous-estimons pas le pouvoir des mots.

    écriture inclusive pour

    Pourquoi utiliser l’écriture inclusive ?
    Pourquoi c’est important ?

    L’écriture inclusive est mise en place pour changer les mentalités, pour nous amener à plus d’égalité femmes/hommes. Qui souhaite le contraire ?

    Je n’ai qu’un argument pour l’utilisation de l’écriture inclusive, mais c’est un bel argument non?

    Traditionnellement, le masculin l’emporte sur le féminin. Enfin, traditionnellement depuis le milieu du XIX e siècle seulement.

    On dit que le langage est une clé qui nous permet de comprendre le monde. Quel monde voulons-nous ? Un monde où le masculin est supérieur au féminin ou un monde juste pour tous et toutes ?

    Pour qui écrivons-nous ? Pour les hommes seulement ?

    Si vous êtes un homme, quelles seraient vos sensations, votre perception de lire un texte qui est destiné à l’ensemble de la population, mais qui serait uniquement rédigé au féminin ?

    En exemple, un extrait d’article de journal remanié :

    JO : la moitié des sportives françaises vivent sous le seuil de pauvreté

    Elles gagnent des médailles, mais peu d’argent. Alors que les fédérations ne rémunèrent pas leurs sportives, certaines ont du mal à joindre les deux bouts.

    Oubliée, l’image de la sportive millionnaire… Loin des podiums et des médailles, la réalité est bien moins belle. Un reportage de Complément d’enquête, diffusé jeudi soir, révèle que la moitié des 450 Françaises qui vont participer aux JO de Rio vivent avec moins de 500 euros par mois. Comme 8,6 millions de personnes, des centaines d’athlètes se retrouvent donc sous le seuil de pauvreté, fixé à 987 euros par mois et défini par l’Insee comme étant égal à 60 % du niveau de vie médian de la population française.

    écriture inclusive : quelques principes

    Alors comment faire pour s’adresser à toute la population ? Et aussi sans alourdir les textes ? Il n’y a pas de secrets, il faut s’adapter et bouger des repères imposés depuis longtemps.

    Il existe plusieurs techniques pour changer sa manière d’écrire.

    L’accord de la majorité

    3 filles et 2 garçons : elles
    2 filles et 3 garçons : ils 

    L’accord de proximité ou de voisinage

    Cette règle grammaticale était d’application jusqu’au XVIIe siècle.

    Les filles et les garçons sont beaux
    Les garçons et les filles sont belles

    Les meubles et les chaises renversées.

    L’ordre alphabétique

    Tous et toutes, les filles et les garçons, elles et ils, celles et ceux…

    Utiliser le féminin pour désigner un métier, une fonction, un grade

    Le but est de banaliser cet usage, comme c’était le cas au Moyen-âge.

    Vous ne trouvez pas l’équivalent ? Voici un document qui va vous aider. Plus d’excuses !

    (à partir de la page 63)

    Bannir Mademoiselle pour désigner une femme non-mariée ou une jeune femme

    Madame, c’est très bien. Mademoiselle et Madame étaient utilisés pour différencier les femmes non mariées des femmes mariées. Continuez à utiliser Mademoiselle, mais alors utiliser aussi un terme pour les hommes qui ne sont pas mariés, Damoiseau par exemple fera l’affaire. Et on en reparle.

    De nos jours Mademoiselle s’utilise plus en fonction de l’âge, pour les très jeunes filles. Alors vous pouvez enlever la case Mademoiselle sur les formulaires (c’est déjà le cas dans l’administration française.

    Arrêter d’attribuer à une femme le nom de la fonction du mari

    L’ambassadrice n’est plus la femme de l’ambassadeur, la bouchère n’est plus la femme du boucher. Mais y a-t-il encore des personnes qui utilisent cette formule pourtant courante il y a quelque temps ?

    Utiliser les noms propres pour les hommes ET pour les femmes

    Hein ? avec quoi tu viens ? Mettez cette consigne dans un coin dans votre tête. Gardez là lorsque vous lisez, écoutez des présentations d’hommes et de femmes. Vous remarquerez qu’il arrive que l’on présente l’homme avec son prénom et son nom, et la femme… juste avec son prénom, mais rarement le contraire. Utiliser les noms et prénoms de la même façon pour les hommes et pour les femmes.

    Observez les titres de journaux tels que « une femme a traversé la Manche », « une femme élue à la tête du pays », « une femme invente… » ! Comparez quand il s’agit d’un homme… mais oui, il a a un nom lui !

    Préférer les termes utilisés depuis longtemps

    Auteure est nouveau mais Autrice existait au Moyen-âge. Gardons-le !

    Les néologismes en –eure datent des années 70/80. Par contre, le féminin d’ingénieur est bien naturellement ingénieure.

    Pour parler de l’ensemble de la population, utiliser « Humain » et non les Hommes

    écriture inclusive : quelques techniques

     Voici quelques techniques pour fluidifier vos textes.

    Utiliser le nom de la fonction

    Exemple : le tutorat à la place du tuteur ou de la tutrice

    Utiliser le nom de l’unité administrative

    Exemple :  le service informatique au lieu de l’informaticien ou l’informaticienne, le personnel soignant au lieu des infirmières et des infirmiers, le corps enseignant au lieu des enseignant·es, les agents de police… bref, vous avez compris !

    Utiliser des termes génériques

    Chacun/chacune : chaque membre

    Les termes épicènes

    Il s’agit de mot dont la forme reste la même au féminin et au masculin.

    Exemple : cadre, membre, bénévole, juriste

    Simplifier vos textes

    Remplacer la voix passive par la voix active

    Les militant·es se sont retrouvé·es encerclé·es dans la rue par la police  devient la police a encerclé les militant·es dans la rue (2 points milieu en moins !)

    écrire en doublet

    Les étudiants et les étudiantes

    Le point milieu, médian

    Tout d’abord, dit-on point milieu ou point médian ?? Les deux, parfois. En fait, je  n’ai pas réussi à trouver la réponse. Si vous en avez une, je suis curieuse !

    Il n’est à utiliser qu’en dernier recours et que dans le cas où les termes au féminin et au masculin sont semblables. Pourquoi ? Parce qu’il est source de crispation, d’offuscation et de scandales ! Comment ? He bien, en utilisant les techniques ci-dessus.

    Concernant les pluriels, il y a deux façons de les écrire : les étudiant·es ou les étudiant·e·s. Je trouve la première solution plus légère.

    Sous Windows : Alt + 0183
    Sous Mac : Alt+mar+F

    Je peux vous dire qu’en tant que graphiste, je jongle avec les raccourcis claviers que je n’ai jamais eu de foulure de doigts !

     

    En conclusion

    Tous les textes ne doivent pas être réécrits avec l’écriture inclusive. Laissons les classiques et les anciens textes tranquilles ! Mais songeons à utiliser cette écriture dans les articles, les manuels didactiques, pour les discours

    Mixez le tout, les notions, les techniques afin d’éviter d’alourdir le texte ! Si vous n’êtes pas habitué·e à ce style d’écriture, écrivez à votre manière et repassez sur votre texte avec les lunettes de l’écriture inclusive. Ne vous enfermez pas dans un cadre trop rigide, accordez-vous de faire des erreurs comme n’importe quel·le débutant·e.

    Et enfin, une dernière info, en Belgique, nous utilisons souvent l’écriture inclusive dans de nombreuses situations et tout roule normalement, enfin, comme d’habitude, je veux dire, c’est la Belgique quand même, c’est compliqué parfois, mais ça n’a rien à voir avec l’écriture inclusive !

    Vous avez un projet? Le fond mais pas la forme?

    Vous pouvez me contacter pour me présenter le projet. Cela ne vous engage à rien :-). Je suis graphiste et illustratrice, je travaille sur des projets de communication et également des outils pédagogiques. Je mets mes lunette d’inclusivité pour que votre projet s’adresse à toute la population !

     

     

    Pin It on Pinterest